Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Politique de la culture: le bond en avant

Pour développer une «politique culturelle nationale», le Conseil fédéral se fonde sur des évolutions sociétales

Photo Davidpc_
Photo Davidpc_ (licence CC)

La Suisse ne forme pas une nation. Mais ses institutions témoignent d’une solide volonté de coexister pour former cet ensemble que l’on appelle Willensnation. Et avec le temps s’est conforté le régime du mariage de raison entre Romands et Alémaniques, bien décrit par Christophe Büchi, «röstigrabologue» patenté.

Dans ces conditions, parler de culture nationale relève de la provocation délibérée – ou du calcul politique. Car la notion n’appartient ni au vocabulaire officiel ni au jargon fédéral. Encore moins à la Constitution dont l’article 69 rappelle en son alinéa premier que «la culture est du ressort des cantons».

Et pourtant, voilà que le Conseil fédéral ose utiliser l’expression, prudemment encadrée par des guillemets, et pousse l’audace jusqu’à expliciter cette politique culturelle nationale dans un document mis tout récemment en consultation: le Message concernant l’encouragement de la culture pour la période 2016 à 2019, en abrégé Message culture.

Des tendances globales…

L’aveu se fait en deux temps.

Nous apprenons d’abord que «de profondes évolutions sociétales influent sur le domaine culturel et engendrent de nouveaux défis». Et le Conseil fédéral d’énumérer les cinq changements et enjeux à prendre en compte. Il y a d’abord la mondialisation et la nécessaire protection de la diversité culturelle ainsi que la numérisation et ses effets sur les modes de production et de diffusion des biens et des services culturels. Il y a ensuite l’hétérogénéité croissante de la population et le maintien de plus en plus difficile de la cohésion sociale et de la compréhension entre les diverses communautés culturelles et linguistiques du pays. Il y a aussi l’individualisation favorisée notamment par la hausse des revenus et la diversification des attentes des publics intéressés par la culture. Enfin, cinquième évolution et pas des moindres: l’urbanisation, un processus qui tend à concentrer l’offre culturelle dans les villes où par ailleurs «la densification et les mesures d’assainissement énergétique augmentent la pression sur les bâtiments et installations historiques, posant de la sorte un défi à la culture du bâti».

Cette analyse posée, le Conseil fédéral constate une évidence: les évolutions «concernent tous les niveaux étatiques», mais ceux-ci se montrent sauf rares exceptions incapables d’y apporter une réponse commune ou au moins coordonnée. Or les phénomènes précités nécessitent une collaboration étroite au sens d’une «politique culturelle nationale». Voilà le mot lâché et la responsabilité de toutes les collectivités engagée: Confédération, cantons, villes et communes. Voilà aussi le sens du «dialogue culturel national» institué entre elles le 25 octobre 2011, moins de trois mois avant l’entrée en fonction d’Alain Berset et avec la participation d’Isabelle Chassot, alors présidente de la Conférence suisse des directeurs de l’instruction publique, nommée en mai 2013 directrice de l’Office fédéral de la culture, poste qu’elle occupe formellement depuis novembre 2013.

… mises au service de l’innovation fédérale

Le Message culture 2016 à 2019 porte donc une double marque fribourgeoise et bilingue, socialiste et démocrate-chrétienne. Il ne se résume pas à quelques généralités sur la politique culturelle de la Confédération et à la définition de plafonds de dépenses au programme de financement comme la première livraison du genre, présentée en 2011 par les radicaux-libéraux Pascal Couchepin et Jean-Frédéric Jauslin pour la période 2012 à 2015.

Le deuxième Message culture comporte une bonne trentaine de pages supplémentaires, consacrées pour l’essentiel à des développements intéressants. Outre le nouveau programme «jeunesse et musique», il est ouvertement question d’aspects mal assumés jusqu’ici: maintien du patrimoine audiovisuel, culture du bâti (historique et contemporain), collaboration entre culture et économie, participation culturelle – y compris la culture populaire et amateur. Sont également clairement évoquées les menaces qui pèsent sur l’enseignement du français au niveau primaire dans les cantons alémaniques, sur la qualité architecturale des bâtiments récents, sur les moyens d’action de l’Unesco qui peine à remplir sa mission et du Conseil de l’Europe autrefois lieu de collaborations culturelles innovatrices.

Davantage qu’aux tendances globales et aux problèmes particuliers évoqués dans le Message culture, les instances consultées et surtout les parlementaires s’intéressent aux montants alloués aux différentes formes de soutien à la culture. Les raisons de se réjouir ne manquent pas. Par rapport à la période quadriennale en cours, les dépenses devraient augmenter dans les années 2016 à 2019 dans des proportions respectables: +14% pour l’ensemble des dépenses prévues, +15% pour la politique des langues, +17% pour le cinéma qui recevra 200 millions de francs de la Confédération, +18% pour Pro Helvetia et ses tâches nouvelles, +23% pour les musées nationaux et leurs bâtiments, +35% pour les différentes lignes budgétaires au titre de la loi sur l’encouragement à la culture, principalement en application du nouvel article constitutionnel sur la formation

On sent que le Conseil fédéral a pris soin de préparer la réception de son nouveau Message culture, déjà bien calé avant la mise en consultation. Utiles précautions supplémentaires, les augmentations prévues aideront sans doute à faire passer des avancées de principe qui seraient à défaut fortement discutées. Et qui sait, les fédéralistes les plus persistants pourraient se rallier à l’idée d’une «politique culturelle nationale» qui s’écrirait dans les faits et sans guillemets.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/25945 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/25945

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP