Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Abattage rituel: La paille et la poutre

Le projet d’abolir l’interdiction de l’abattage rituel soulève les passions.
Entre liberté religieuse et traitement digne des animaux, tout un champ pour
les dérapages.Les premières passes d’armes autour de la révision de la loi fédérale sur la protection des animaux ne laissent rien présager de bon. Le projet d’abolir l’interdiction de l’abattage rituel réveille en effet des passions troubles. Celle des fondamentalistes de la protection des animaux, qui dépeignent avec horreur les derniers moments des bêtes saignées sans étourdissement préalable. Celle des Israélites qui ne résistent pas toujours à la tentation de taxer d’antisémites les adversaires de l’abattage rituel.

Lever l’interdiction

Cette interdiction apparaît dans le droit suisse, avec rang constitutionnel, en 1893, par le biais d’une initiative populaire et contre l’avis du Conseil fédéral et du parlement. C’est moins le souci de protection des animaux qu’un réel sentiment antisémite qui explique ce premier succès dans l’histoire de l’initiative.
En 1973, la Confédération obtient la compétence de légiférer sur la protection des animaux et profite de l’occasion pour faire disparaître du texte constitutionnel la référence à l’abattage rituel. Mais l’interdiction demeure dans la loi, interdiction que désire lever maintenant le Conseil fédéral.
En Europe, la plupart des pays ont fait usage de la liberté laissée par la directive de Bruxelles pour accepter l’abattage sans étourdissement préalable, une dérogation en faveur des minorités religieuses. Car si la cause des animaux progresse indéniablement dans l’opinion, jusqu’à prendre parfois des formes pathologiques, elle ne doit pas faire oublier les droits fondamentaux, en particulier la liberté religieuse. Il s’agit d’apprécier si cette pratique religieuse particulière Ð l’abattage rituel Ð contrevient de manière importante à d’autres principes fondamentaux, en l’occurrence un traitement digne des animaux.
Pour ce qui est de la dignité de ce traitement, les pays industriels n’ont pas de leçons à donner. L’élevage industriel, la sélection à outrance d’espèces de rapport et bientôt les manipulations génétiques, le transport d’animaux vivants sur de longues distances et même l’abattage classique ne témoignent guère d’un souci particulier à l’égard de nos « frères inférieurs ». En comparaison, les rituels juif et musulman dénotent un rapport autrement équilibré aux animaux que la brutale industrialisation du monde animal développée par les pays dits avancés. jd

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/2441 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/2441

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP