Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Suisse sans armée: La déroute des fondamentalistes

Autogoal du GSsA pour sa deuxième initiative contre l’armée. Au-delà de son échec, il offre une dangereuse légitimation aux opposants à l’ONU.

La faiblesse des fondamentalistes, c’est qu’ils sont incapables de prendre en compte les informations externes à leur système de pensée. Obnubilés par leur cause, ils en viennent à agir de manière contre-productive. Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) vient d’en faire la démonstration.
Sa première initiative, appuyée par 35,6 % des votants en 1989, fit l’effet d’un coup de tonnerre dans le ciel sans nuage de l’Helvétie. Pour la première fois, on osait attaquer de front et radicalement un pilier de la société suisse. Quant au résultat, il dépassait toutes les espérances des initiants et plongeait l’officialité dans la perplexité : on se souvient de la stupeur d’Arnold Koller, alors chef de ce qui s’appelait encore le Département militaire, ce soir du 26 novembre 1989.
Qu’ont voulu dire à cette époque les opposants, parmi lesquels les antimilitaristes résolus ne représentaient qu’une minorité ? Entre autres que la Suisse ne pouvait ignorer la fin du monde bipolaire et les modifications dans la nature des menaces à notre sécurité, que la Suisse se trouvait au centre de l’Europe, que les effectifs et le budget de l’armée ne correspondaient plus à la situation nouvelle. Malgré son échec devant le peuple, l’initiative a contribué à faire tomber de son socle la vache sacrée. En ce sens elle fut un vrai succès.
C’est bien ce qu’ont compris les pères fondateurs du GSsA en s’opposant au lancement d’une nouvelle initiative ; on n’abat pas deux fois un mythe. Car depuis 1989, l’armée est l’objet d’âpres débats et a perdu de son attrait. Elle n’est plus l’instance de formation des élites civiles ; l’économie la considère comme un mal nécessaire mais coûteux ; son budget est contesté jusque dans les rangs bourgeois. Le concept
« Armée 95 », parce qu’insuffisamment radical, a fait long feu. Aujourd’hui, c’est d’un modèle réduit dans le cadre de la coopération européenne qu’on discute. Et les projets d’armement de l’état-major ne passent plus comme lettre à la poste devant le parlement. De cette évolution, le GSsA n’a tenu compte. Il en paie le prix démocratique : un soutien en chute libre et une capacité de mobilisation très affaiblie. En 1989 il pouvait attirer 68,6 % du corps électoral aux urnes ; douze ans plus tard, avec 39,4%, il ne fait pas mieux que la participation dominicale habituelle.
Et le prix risque d’être plus lourd encore. En offrant sur un plateau l’occasion de renouveler la légitimation démocratique du principe de la défense armée, le GSsA a pris le risque de renforcer la position de toutes celles et ceux qui refusent l’adhésion de la Suisse à l’ONU au nom d’une conception archaïque de la neutralité dans l’isolement. Est-ce un hasard si l’UDC a démarré sa campagne contre l’ONU au moment même où se terminait celle sur la suppression de l’armée ? jd

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/2422 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/2422
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP