Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Politique de la santé: La médecine en questions

La formation des professions médicales est totalement dépassée. Le projet de l’Académie suisse des sciences médicales et la révision de la loi de 1877, montrent la bonne voie.

Les coûts de la santé ne cessent d’augmenter net, et, en conséquence, le niveau des primes d’assurance. En guise de consolation, le patient, réel ou potentiel, peut compter sur l’accès à une médecine de pointe, à des techniques de diagnostic et à des thérapies toujours plus sophistiquées. Selon l’OMS, il bénéficie d’un des systèmes de santé parmi les plus performants ; l’espérance de vie progresse, la mortalité infantile est négligeable, et la plupart des maladies font l’objet d’un traitement qui guérit ou pour le moins soulage.
Pourtant, cette médecine, de plus en plus spécialisée, compartimentée, plus orientée sur la réparation que sur la prévention, sur les causes immédiates des maux que sur leur contexte social et psychique, suscite des critiques nourries. L’approche matérialiste et monocausale classique néglige la prise en compte globale de l’individu ; un appareillage complexe se substitue au rapport personnel entre médecin et patient.
Plus fondamentalement, le doute s’insinue quant à la validité du rapport coût-efficacité de la médecine actuelle. Et dans une perspective planétaire, la critique vise une recherche et une pratique médico-pharmaceutique centrées sur les problèmes de santé d’une minorité de la population. Le retour sur investissement du Viagra ou des médicaments amaigrissants offre de plus juteuses perspectives que le marché des maladies courantes dans les pays pauvres.
Ces critiques n’émanent pas seulement des milieux irrationnels ou naturistes ou des adversaires du capitalisme dominant. L’Académie suisse des sciences médicales les a prises à son compte en lançant, il y a deux ans, son projet « Nouvelle orientation de la médecine ». Plusieurs dizaines de personnalités du monde médical, des professions soignantes, de la communication, de la politique, des économistes, des éthiciens et des représentants des organisations de patients ont procédé à une analyse de l’état de la médecine en Suisse. Six thèmes se dégagent de cette analyse :
¥ La nécessité d’un débat public pour affronter les tensions auxquelles la médecine est confrontée : bien du patient, exigences scientifiques et sociales, contraintes économiques.
¥ La responsabilisation du patient, aussi bien dans la décision médicale que dans la prise en charge de sa santé.
¥ L’approfondissement des connaissances scientifiques à la base des actes médicaux et leur élargissement aux sciences sociales et humaines.
¥ L’explicitation des limites de la médecine, limites aussi bien biologiques qu’économiques et morales ( le faisable et le sensé).
¥ L’organisation d’un système de santé qui incite à des prestations de qualité et à des comportements individuels favorables au bien-être.
¥ La formation continue du personnel médical, y compris dans le domaine de la communication interpersonnelle.
Cette nouvelle orientation implique une révision en profondeur de la formation aux professions médicales. Une formation dont les faiblesses sont largement reconnues : enseignements cloisonnés, cursus d’études rigide, contact tardif avec les patients, bachotage propédeutique. La loi fédérale qui date de 1877 (!) va être révisée. Elle prévoit d’accorder plus d’autonomie aux facultés et aux étudiants. La Confédération n’imposera plus qu’un cursus de base. Un système de crédits facilitera le passage d’une université à l’autre. La loi n’énumérera plus les branches d’examen mais définira des objectifs de formation en termes de connaissances, de compétences, de comportements et de savoir-faire. Si le projet passe la rampe de la consultation et du Parlement d’ici 2004, les premiers
« nouveaux » médecins ne pratiqueront pas avant 2012. jd

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/2398 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/2398

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP