Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Service public: Qui pilote l’aéroport de Genève ?

Dans ce marquage à la culotte qui caractérise la politique genevoise, un projet de loi de droite vient répondre à un projet de loi de gauche sur le statut de l’Aéroport international de Genève. Mais est-ce vraiment l’affaire des seuls Genevois ?

Jusqu’en 1993, l’aéroport de Genève-Cointrin n’était au fond qu’une infrastructure comme une autre au sein de l’administration cantonale, même s’il jouissait d’une autonomie certaine en raison de la nature de ses activités. Depuis 1994, l’Aéroport international de Genève est un établissement public autonome de droit cantonal. Il a un conseil d’administration propre, une comptabilité distincte, mais il appartient entièrement à l’Etat qui reste propriétaire de l’ensemble des biens immobiliers, désigne les administrateurs et approuve comptes et budgets. Un régime qui ne satisfait au fond ni la gauche, soucieuse de contrôler et limiter ce qui n’apparaît que comme un mal nécessaire, ni la droite qui se sent portée par la vague de la libéralisation et de l’expansionnisme.
A vrai dire, le projet de loi de gauche ne mange pas beaucoup de pain : il aggrave à peine une mainmise de la classe politique sur les organes de l’entreprise Aéroport qui est déjà écrasante, et se contente de vouloir compléter le dispositif par un « contrat de prestations » inspiré des idées en vogue en matière de nouvelle gestion publique (mais sans offrir la contrepartie étatique de ce type d’institution, en termes de liberté de gestion accrue, voire de soutien actif). Et si le projet de loi de droite se propose de transformer véritablement l’Aéroport en société, c’est immédiatement pour préciser qu’il doit s’agir d’une société d’économie mixte qui ne serait propriétaire que de ses bâtiments, les terrains restant à l’Etat, et dans laquelle les pouvoirs publics doivent détenir entre 33 et 49 % du capital et des voix, les décisions importantes requérant la majorité des deux-tiers…
On peine à voir dans l’un ou l’autre de ces projets autre chose qu’un réflexe pavlovien. Au demeurant, ce qui se passe en ce moment à Zurich devrait amener les uns et les autres à réfléchir : c’est un statut public qui protège l’aéroport contre ses adversaires (riverains et autres écologistes) et un statut privé qui libère les opposants de toute retenue. jd

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/2335 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/2335

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP