Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Coûts de la santé: Vive la LAMal !

Ne pas jeter la LAMal avec l’eau des augmentations de primes, mais trouver des moyens de les limiter.

Les
assurés sont prêts à payer le prix d’un système de santé performant.
C’est ce que révèle un récent sondage. Mais à l’automne, l’annonce du
montant des primes provoque à chaque fois une levée de boucliers. Les
acteurs (assurances, fournisseurs de soins, assurés) se rejettent
mutuellement la responsabilité de la hausse des coûts. Parfois jusqu’à
remettre en cause le fondement même de ce système, la loi sur
l’assurance maladie (LAMal).

Lenteur fédéraliste

La
Suisse a choisi certes une manière complexe de gérer la santé publique,
combinaison de concurrence et de dirigisme. Les différents pans de la
LAMal se mettent en place avec lenteur, fédéralisme oblige
(planification hospitalière, tarifs médicaux, contrôle de qualité,
transparence des comptabilités notamment). Pourtant les solutions
alternatives ne convainquent pas. La santé confiée à la seule loi du
marché conduit à une inégalité de traitement socialement inacceptable ;
planifiée par l’Etat, elle ne garantit ni le libre choix ni la qualité
auxquels nous tenons.
Malgré ces difficultés indéniables, la LAMal
garantit l’accès de toutes et tous à des soins de qualité, un acquis
capital que ne doit pas occulter le niveau des primes, aussi douloureux
soit-il.
Tel un paquebot, le système de santé ne tolère pas de
changements brusques de direction. Chaque inflexion, qui en soi peut
paraître raisonnable, risque d’induire des effets pervers. Ainsi du
projet initié par le Parlement de limiter l’accès à l’exercice de la
médecine qui favoriserait les praticiens en place et ralentirait le
nécessaire renouvellement de la profession.
Dans l’immédiat,
quelques pistes méritent une concrétisation rapide : l’introduction de
budgets globaux pour les établissements hospitaliers Ð dans ce domaine
le Valais a fait œuvre de pionnier -, la création d’un fonds fédéral de
financement des cas lourds qui allégerait les coûts de l’assurance, le
recours plus large des cantons aux subventions fédérales destinées à
abaisser le niveau des primes. Quant aux assurés, il leur reste la
possibilité, beaucoup trop peu utilisée encore, de changer de caisse et
d’opter pour des formules moins onéreuses telles que les réseaux de
santé : à Genève, la prime moyenne se monte à fr. 336.50, mais des
réseaux de santé proposent des primes de moins de la moitié de ce
montant. jd

Des comparaisons détaillées par canton et par caisse sont disponibles sur l’Internet : www.comparis.ch

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/2323 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/2323

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP