Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Comment sortir de la crise?

Même le FMI se met à douter des politiques d’austérité

Photo FMI/Michael Spilotro
Photo FMI (licence CC)

Il est possible, probable même, que la zone euro parvienne à surmonter les difficultés les plus criantes de la crise financière dans laquelle elle est engoncée depuis 2010 (DP 1967). Mais cela ne signifie pas encore qu’elle retrouvera rapidement un niveau de croissance suffisant pour réduire dans une proportion significative le niveau de chômage qui a pris des proportions alarmantes, surtout pour les nouvelles générations.

La faute en revient aux politiques d’austérité qui, conformes aux théories économiques libérales, devraient rétablir les équilibres budgétaires et rassurer les marchés financiers (DP 1954).

Dans ce contexte, il faut prêter attention aux propos tenus depuis quelque temps par la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. A plusieurs reprises, elle s’est située plutôt du côté des personnes qui disaient que la corde de l’austérité ne devait pas être tendue à l’excès et qu’il fallait aussi se soucier de la relance de la croissance. Ces propos sont un peu inattendus. En effet, depuis des décennies, le FMI s’est toujours situé dans le camp de la rigueur budgétaire et de l’orthodoxie libérale.

L’explication sur l’évolution des propos de sa directrice générale tient probablement aux enseignements que le FMI tire d’une étude comparative de la manière dont six pays (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Japon, Italie, Belgique et Canada) ont abordé les crises financières au cours du 20e siècle. Ces études sont présentées au chapitre 3 des dernières Perspectives économiques du FMI (la traduction française n’est pas encore disponible).

De longue haleine

Le FMI examine les mesures prises par la Grande-Bretagne après la première guerre mondiale; par les Etats-Unis après la deuxième guerre mondiale; par le Japon après l’éclatement de la bulle financière et immobilière à la fin des années 1980; par l’Italie et par la Belgique pour remplir les critères leur permettant d’adopter l’euro et par le Canada pour réduire un endettement en forte croissance dans les années 1980.

Chacun de ces cas est particulier et se situe dans des contextes nationaux et internationaux différents. Ils montrent tous néanmoins que les possibilités de rétablir l’équilibre budgétaire et de réduire le niveau d’endettement du pays (exprimé en pourcentage du produit national) sont des affaires de longue haleine et que l’austérité à tout prix n’est pas la solution.

Le cas le plus tragique, si l’on ose dire, est celui de la Grande-Bretagne qui ambitionna, au sortir de la première guerre mondiale, de rétablir la parité-or de la livre sterling au niveau qui était le sien avant 1914 et de réduire son niveau d’endettement qui représentait 130% du produit national de l’époque. Pour y parvenir, elle pratiqua une politique rigoureuse d’austérité budgétaire et la Banque centrale fixa les taux d’intérêt à 7%. Il en résulta un chômage très élevé qui déboucha sur une grève générale en 1926. La parité-or de la monnaie fut certes rétablie en 1925. Mais les exportations stagnèrent, tout comme la croissance économique. En 1928, la production réelle n’était pas supérieure à celle de 1918. La dette publique atteignit 170% du produit national en 1930, et l’étalon-or fut définitivement abandonné en 1931. En fait, il fallut attendre jusqu’en 1990 pour que le niveau de la dette publique anglaise atteigne la même proportion qu’avant la première guerre mondiale. On comprend, soit dit en passant, qu’un tel contexte de stupidité financière, monétaire et économique, ait stimulé les réflexions de John Maynard Keynes!

L’indispensable croissance

On peut tirer des études du FMI quelques enseignements. Le passage d’un déficit budgétaire à un surplus prend beaucoup de temps (au moins une dizaine d’années); il nécessite une politique monétaire aussi accommodante que possible et la réduction de la proportion de la dette par rapport au produit national n’est pas possible sans croissance de l’économie.

Si l’on applique maintenant ces enseignements à la situation actuelle de la zone euro, on mesure l’étendue des contradictions. La politique monétaire de la Banque centrale européenne est certes devenue très accommodante, mais pour le moment pratiquement sans effet sur les pays les plus endettés qui doivent continuer de payer des taux d’intérêt très élevés. Les mesures d’austérité sont si draconiennes qu’elles se traduisent par le recul du produit national, de sorte que l’endettement, au lieu de diminuer, croît en proportion. La dégradation de la situation économique se traduit par une augmentation du chômage qui suscite des réactions populaires de plus en plus vives. Enfin, comme le note le FMI, aucune sortie de crise n’est possible sans une politique de croissance économique.

Pour l’ensemble des 17 pays membres de la zone euro, le taux de croissance ne cesse de fléchir. Le produit national de la zone a augmenté de 2,0% en 2010, de 1,4% en 2011 et a baissé de 0,4% cette année; la projection pour 2013 est un très maigre: +0,2%. Ce qui signifie que les pays les plus fragiles continueront vraisemblablement de s’enfoncer. Les données actuelles pointent donc vers une période prolongée de stagnation ou quasi-stagnation du produit national de la zone euro. Tout ceci est évidemment assez désespérant. Mais qui, parmi ses dirigeants, prendra connaissance de cette étude du FMI – et en tiendra compte?

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/21782 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/21782
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP