Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Ce n’est qu’un début, continuons… la crise

Neuchâtel, l’occasion manquée du RER

Photo s000855
Photo s000855 (licence CC)

33’769 non, 33’351 oui: le projet de réseau express neuchâtelois a été rejeté par une majorité de 418 personnes. L’appel à la transcendance, formulé par le Conseil d’Etat, n’a pas suffi (DP 1940).

Le sujet a passionné les gens de tous les horizons et de tous les milieux, comme en témoigne un taux de participation élevé (51,5%). Les journaux locaux ont publié au cours des semaines qui ont précédé le scrutin un nombre tout à fait impressionnant de lettres de lecteurs et de lectrices. Quels qu’en soient le contenu et les arguments, ces missives exprimaient une réflexion (qu’on pouvait partager ou non) et un intérêt pour la question examinée.

La discussion publique a été passionnée comme rarement. Les gens avançaient leurs opinions: «c’est ce dont le canton a besoin pour forger son avenir»«le RER est indispensable pour que le canton puisse fonctionner comme une agglomération»«le canton n’a pas les moyens de financer ce projet»«ce projet ne dessert pas équitablement toutes les régions»«ce n’est pas le bon projet, il faut en élaborer un autre»«la participation financière des CFF est très insuffisante» etc. Mais ces avis étaient presque toujours l’aboutissement d’une réflexion, fût-elle surprenante ou insolite. Il serait donc faux d’en déduire que les votants ont été mus par la passion ou l’émotion.

Le 24 septembre 2000

A l’intention des tenants du vote émotionnel – dans ce cas comme dans d’autres – nous voudrions rappeler les résultats de la votation fédérale du 24 septembre 2000. Rappel qui tombe très bien par ces temps où l’on reparle de sortir du nucléaire et de promouvoir les énergies renouvelables!

Etaient alors en discussion trois projets «écologiques»: une initiative populaire «pour l’introduction d’un centime solaire (initiative solaire)»; son contre-projet dénommé «article constitutionnel sur une redevance pour l’encouragement des énergies renouvelables» et un projet d’article constitutionnel «sur une redevance incitative sur l’énergie en faveur de l’environnement». Les partisans de ces trois textes recommandaient de voter trois fois oui. Les adversaires étaient tout aussi unanimes dans le sens du non.

Le peuple a donné des réponses différenciées. Il a ainsi balayé le «centime solaire» (67% de non), la redevance en faveur de l’environnement n’a pas non plus trouvé grâce (56% de non) et il n’a repoussé que de peu la redevance pour l’encouragement des énergies renouvelables (52% de non). Les débats qui précédèrent cette votation de septembre 2000 furent passionnés et manquèrent souvent singulièrement de nuances. Mais le peuple ne s’est pas laissé prendre. Il a considéré chacun de ces trois objets pour ce qu’il était et a donné trois verdicts distincts qui montrent à l’évidence que son vote n’avait rien d’émotif ni de passionnel.

Trois variantes

Tout le monde a eu un train Märklin dans sa jeunesse, ou a rêvé d’en avoir un (du moins avant l’apparition de l’informatique de divertissement), de sorte que les Suisses, pour reprendre une formule d’Yvette Jaggi, se voient volontiers en chef de gare ou conducteur de loco. Cette conviction leur confère des dons insoupçonnés pour formuler des options alternatives au projet soumis au verdict du peuple neuchâtelois. Options naturellement présentées comme meilleures, moins coûteuses et tenant mieux compte des besoins des différentes régions. «Mais, comme de bien sûr, caramba, comment se fait-il que personne n’y ait pensé avant!»

Blague mise à part, la géographie humaine, la topographie et le réseau ferroviaire existant fournissent ensemble quelques contraintes lourdes qui réduisent singulièrement le nombre de variantes. Pour dire les choses franchement, nous n’en voyons que trois.

La première est celle que le peuple a refusée. Elle s’articulait autour d’une liaison express en tunnel entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, avec arrêt à Cernier, à mi-distance, permettant le croisement des trains, qui pouvaient ainsi circuler avec une cadence au quart d’heure.

La deuxième est la réfection-modernisation de la voie actuelle, de 1860, qui nécessite un temps de parcours d’une bonne demi-heure entre les deux principales villes. Des améliorations marginales sont possibles par rapport à la situation actuelle. Est en revanche exclue la création d’un véritable RER pour l’ensemble du canton.

La troisième variante a presque été passée sous silence, peut-être parce qu’elle est «politiquement incorrecte». Elle consiste à se désintéresser de l’hypothèse transports publics (les deux variantes précédentes) pour affirmer que l’avenir passe par le trafic motorisé et qu’à ce titre un deuxième tube routier sous la Vue-des-Alpes doit s’imposer.

Le vote du 23 septembre va dans ce sens. D’ici une dizaine d’années, le tube routier existant bi-directionnel sera saturé de sorte que la pression deviendra forte pour le doubler. Mais, à moins d’un miracle fédéral en matière de subventionnement, le coût de ce nouveau tunnel routier sera à la charge du canton, pour un ordre de grandeur analogue à la part cantonale au RER rejeté… Neuchâtel continuerait ainsi à miser durablement sur le trafic privé, comme dans les pays émergents, alors que dans tous les pays occidentaux développés, même aux Etats-Unis, la consommation de kilomètres voitures a commencé à reculer. Voir le dossier très instructif de The Economist du 20 septembre.

En voie de sous-développement?

Et demain? Les autorités cantonales n’ont pas de légitimité pour investir un sou de plus dans ce projet. Comme prévu, le plan B des CFF se met en place. L’alternative au RER, c’est donc la rénovation-modernisation de la ligne actuelle. Dans leur communiqué, les CFF ont annoncé qu’ils allaient en pousser les études de détail. Catastrophées, les autorités chaux-de-fonnières demandent aux CFF de surseoir à cette dépense budgétée à 240 millions de francs.

S’il n’existait pas un problème majeur de mise aux normes de sécurité des tunnels ferroviaires entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, on peut être sûr que les CFF se laisseraient assez facilement convaincre de ne pas dépenser cet argent maintenant et pour ce tronçon. Ils pourraient investir dans la modernisation de la ligne du pied du Jura, qui est encore à voie unique à Ligerz (ouest de Bienne) sur quelques kilomètres. Cette même ligne est surencombrée sur quelques kilomètres aussi à l’ouest de la gare de Neuchâtel. Deux goulets d’étranglement qui compliquent singulièrement l’introduction de la cadence à la demi-heure entre Lausanne et Bienne et qui nécessiteront plusieurs centaines de millions de francs pour être résorbés.

Neuchâtel est le premier canton en trente ans à refuser un projet d’amélioration de son réseau de transports publics mis au bénéfice d’une aide fédérale ! Comment parviendra-t-il à l’avenir à plaider sa cause auprès de la Confédération et des Confédérés? Quelle crédibilité aura-t-il lorsqu’il voudra défendre la liaison TGV Berne-Paris, toujours en sursis? Neuchâtel n’est pas seulement un canton en crise. Il a choisi la voie du sous-développement.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/21603 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/21603
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP