Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Assurance maladie: La LAMal vaut mieux que sa réputation

La Loi sur l’assurance maladie (LAMal) est attaquée de tous côtés. Pourtant, avant de la réviser de fond en comble, mieux vaut en utiliser toutes les possibilités. C’est encore loin d’être le cas.

Nous avons la mémoire courte. Si, il y a trois ans, Visana avait abandonné à leur sort cent mille assurés, ces derniers n’auraient pas tous trouvé une nouvelle caisse pour les accueillir. Et les heureux rescapés se seraient vus infliger des primes mensuelles variant de soixante à plus de mille francs, en fonction de leur âge et de leur sexe. Aujourd’hui, grâce à la LAMal, les anciens clients de Visana sont tous repris par la caisse de leur choix selon un tarif valable pour tous les assurés de cette caisse.

Virage amorcé

Bien sûr, la situation actuelle est loin d’être satisfaisante. En trois ans, les cotisations ont augmenté de 50 %, grevant lourdement le budget des familles, en particulier celui des classes moyennes.
Alors, la LAMal inefficace ? Rappelons d’abord que c’est une majorité populaire qui, en décembre 1994, a refusé que les primes soient fixées en proportion du revenu. Et que ce sont les cantons qui, dans leur majorité, renoncent à utiliser la totalité de la subvention fédérale pour abaisser les cotisations de leurs assurés les plus démunis.
Et puis, on l’oublie trop, la LAMal a considérablement élargi la palette des prestations garanties par l’assurance de base obligatoire, par exemple la prise en charge illimitée dans le temps des frais hospitaliers et de nouvelles thérapies. Cela a son prix.
Oui, mais avec la LAMal, ne nous avait-on pas promis de juguler la croissance explosive des coûts de la santé ?
C’est vrai, la nouvelle législation veut rompre avec la logique perverse qui a permis jusqu’à présent aux prestataires de soins d’agir sans guère se soucier de la facture. Mais les effets tangibles tardent à se manifester. Pourquoi ? Parce qu’on ne fait pas virer un tel paquebot d’un jour à l’autre. Il faut du temps et de l’énergie, d’autant plus que le navire n’est pas sous commandement unique. Dans un premier temps, tous les acteurs de la santé Ð médecins, hôpitaux, cantons, industrie pharmaceutique Ð ont cherché à préserver leurs intérêts, chacun niant sa propre responsabilité. La planification hospitalière, qui doit résorber de coûteuses surcapacités, se heurte à la résistance des populations touchées.
Pourtant le virage est pris. Les assurés commencent à comparer le niveau des primes et hésitent moins à changer de caisse. L’industrie pharmaceutique a d’abord tenté le bras de fer, puis accepté d’abaisser ses prix. Les assureurs prennent conscience de leur force et négocient de meilleures conditions de la part des prestataires de soins.
Il reste beaucoup à faire pour parvenir à la transparence des coûts et à la définition de critères de qualité, conditions indispensables à une politique efficace de la santé. Ë cet égard, la LAMal contient toutes les dispositions nécessaires. Encore faut-il les mettre en œuvre. Le canton du Valais est en passe de maîtriser ses coûts de santé sans pour autant restreindre l’accès à des soins de qualité (voir DP 1354, 1356, 1360). Il fait ainsi la preuve que la législation n’est pas un obstacle mais un support utile, pour autant qu’existe la volonté politique de la mettre pleinement en œuvre.
L’histoire de l’assurance maladie en Suisse est un long parcours d’obstacles jonché de défaites. Remettre aujourd’hui la LAMal sur le métier, c’est se condamner à un interminable débat à l’issue incertaine. Dans ces conditions, ne vaut-il pas mieux engager nos forces pour tirer le meilleur parti du droit existant ? jd

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/2144 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/2144

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP