Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Eoliennes et chiroptères

Les éoliennes menaceraient les chauves-souris, pas seulement les oreilles des voisins ou la valeur de leurs terrains et immeubles

Photo Fabvirge
Photo Fabvirge (licence CC)

En Suisse, les 28 espèces de chauves-souris officiellement recensées bénéficient toutes d’une protection intégrale, biodiversité oblige.

Seuls mammifères capables de voler activement – et non seulement de «planer» comme l’écureuil pourtant dit volant – les chiroptères ne sont ni chauves ni rongeurs mais poilus et insectivores. Pour ces chasseurs nocturnes qui s’orientent aux ultrasons, les éoliennes pourraient représenter un risque de collision ou d’une baisse de pression d’air aux environs des pales des rotors tournant à haute vitesse.

Commandé conjointement par les Offices fédéraux de l’environnement et de l’énergie, un rapport sur la mortalité de chauves-souris éventuellement liée à cinq éoliennes installées dans le Jura bernois ainsi qu’à Entlebuch/LU a été publié en 2008. Il concluait à des dangers mineurs et recommandait, comme toujours en tel cas, la réalisation d’études et observations complémentaires, notamment sur les installations les plus modernes et performantes.

Les rapports et articles se sont multipliés sans que leurs auteurs ne parviennent à établir un lien de causalité crédible entre le fonctionnement des turbines à vent et le sort des chauves-souris, dont on se demande toujours «si elles doivent avoir peur des éoliennes». Face à une aussi insupportable incertitude, les fonctionnaires font du zèle et donnent à toutes fins utiles dans la surprotection des animaux et dans l’hyperprévention réglementaire.

Sans attendre les conclusions définitives d’une étude pionnière menée l’an dernier par une chercheuse de l’Université de Berne, l’administration fédérale demande depuis mai dernier un nouveau type d’observation, applicable en période de nidification (mars-avril). De quoi retarder d’une bonne année le bouclage du dossier à déposer pour présenter l’aménagement du plus grand parc éolien de Suisse, Eoljorat, qui prévoit l’installation d’un total de treize turbines dans les bois et champs du Jorat, dont huit sur les terres de la Ville de Lausanne et cinq dans quatre communes du Gros-de-Vaud et de Broye-Vully.

Et pendant que des ballons gonflés à l’hélium flotteront à 60 mètres de hauteur (soit au-dessous de la moitié des mâts prévus) pour observer les comportements des chiroptères, les opposants à Eoljorat Nord s’organisent. De leur côté, les promoteurs du parc éolien joratois poursuivent le développement d’autres projets. Ainsi, les Services industriels de Lausanne, par leur filiale «énergies renouvelables», participent directement aux investissements suisses dans des installations éoliennes sises outre Jura. Avec deux effets de politique énergétique: une dépendance accrue de la France vis-à-vis du courant nucléaire d’une part et, d’autre part, un renforcement de la part des énergies renouvelables dans le portefeuille des sociétés suisses d’électricité. Ces dernières s’adonneraient sans vergogne, selon les détracteurs d’Eoljorat, au lucratif «business éolien», encouragé par les autorités fédérales et françaises qui subventionnent la reprise du courant éolien au prix coûtant.

Pro Natura, organisation faîtière de la protection de la nature et de la biodiversité, assure qu’elle ne fait opposition que pour mieux négocier des solutions acceptables et dépose recours seulement dans les cas où un consensus n’aurait pas pu être atteint. Dont acte. On n’en admire pas moins la bonne volonté – ou l’opportunisme – dont Eoljorat fait montre en assurant que, toutes études faites et «en fonction des résultats, il s’agira d’envisager des mesures d’exploitation des éoliennes, ceci dans le but ultime de protéger les chauves-souris.»

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/21121 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/21121

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP