Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

La crise offre une chance de faire mieux, foi de Bill Clinton

La «troisième voie» a toujours du souffle

Isaac Aggrey
Photo Isaac Aggrey (licence CC)

Jusqu’à Davos, il convient désormais d’afficher ses doutes quant à l’efficacité du système économique dominant. Une tendance à laquelle même le Financial Times ne saurait échapper. Voilà plusieurs jours que le très libéral quotidien publie une série d’articles sur la crise du capitalisme au nombre desquels figure une contribution signée Bill Clinton.

Reconverti dans le social business, l’ancien président des Etats-Unis assure que «la philanthropie a besoin du capitalisme pour résoudre les problèmes du monde.» En effet, la crise actuelle nous vaut à la fois l’occasion et la responsabilité de combler l’écart persistant entre les prestations que l’Etat peut accorder et les richesses que l’économie privée peut produire. La charité y a pourvu jusqu’ici mais les dons même généreux ne suffisent plus.

Et Bill Clinton de plaider pour d’autres formes d’engagement, plus solidaires. Celles qu’il a vues à l’œuvre lors de son récent voyage en Haïti ou appliquées en Afrique, notamment pour la lutte anti-sida ou l’encouragement à l’agriculture vivrière. A ce jour, la Clinton Global Initiative revendique, grâce à la réalisation de plus de 2’100 projets, d’avoir amélioré durablement les conditions de vie de 400’000 personnes dans 180 pays différents.

La recette est toujours la même: coordonner une action commune des entreprises privées, des collectivités publiques et des organisations non gouvernementales en vue de permettre aux populations pauvres de s’approprier les moyens de conquérir leur autonomie – au lieu de sombrer dans une perpétuelle dépendance. Il s’agit de «créer une culture de la prospérité» qui valorise les profits, améliore l’inclusion économique et mette en évidence l’intérêt commun d’un avenir dans le partage et la mutualité.

Même empreinte d’une certaine naïveté, la pensée de Bill Clinton se comprend comme porteuse d’un espoir raisonnable. Elle s’élève en tout cas bien au-dessus des banals et hypocrites discours entendus au Forum de Davos, dont Klaus Schwaab a platement donné le triste ton en ouvrant sa traditionnelle messe grisonne de janvier.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/19613 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/19613

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP