Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

La concordance aux mains des épiciers

La formule magique ne s’applique qu’aux partis décidés à travailler ensemble malgré leurs divergences: l’UDC s’en exclut

Photo Leumund
Photo Leumund (licence CC)

«Attendons le résultat des élections au Parlement». C’est ainsi que dans un premier temps, les partis ont réussi à éluder la question de la composition du Conseil fédéral. Depuis le 23 octobre, on n’y voit guère plus clair, si ce n’est que tout le monde ne jure que par la concordance. Cette unanimité sémantique camoufle mal la confusion des esprits et les ambitions de chacun.

Il faut restaurer la concordance, proclame la NZZ  (15.10), une formule qui a fait ses preuves. Et il n’y a pas de concordance sans deux sièges attribués à l’UDC, poursuit-elle: dans le cadre de la démocratie directe, l’intégration des principales forces politiques au gouvernement est un gage de stabilité. Même le socialiste Rudolf Strahm se rallie à l’idée qu’on ne peut marginaliser plus d’un quart de l’électorat (Tages-Anzeiger, 01.11); «les démocrates doivent faire preuve d’un esprit de compromis» dit-il, même si leur réticence à accorder une deuxième siège à l’UDC est compréhensible. La NZZ ajoute cependant que la concordance oblige: elle ne tolère pas de ses acteurs qu’ils manifestent une opposition systématique. Et avec Strahm, elle admet que le chantage exercé par l’UDC – ses statuts prévoient l’exclusion d’un candidat non officiel qui accepterait son élection est démocratiquement intolérable et incompatible avec la liberté de choix du Parlement.

Etrange position que celle qui tout à la fois constate l’inaptitude de l’UDC à pratiquer la concordance et lui en concède les avantages. Car ce parti a fait du refus du compromis son cheval de bataille. Muré dans une opposition systématique, il dénonce à chaque occasion la mollesse – quand ce n’est pas la traîtrise – de ses adversaires et des autorités. En matière de politique étrangère, l’UDC sabote avec constance les relations de la Suisse avec l’Europe, au nom d’une souveraineté rêvée qui ne pourrait que conduire le pays à la paralysie. Sa récente attaque frontale contre la libre circulation en témoigne et justifie à elle seule de tenir éloigné ce parti des responsabilités gouvernementales. La formule dite magique – 2/2/2/1 – à laquelle se réfère l’UDC pour exiger deux sièges est bien une règle arithmétique. Mais cette règle ne s’applique qu’aux formations politiques décidées à travailler ensemble malgré leurs divergences. Or l’UDC privilégie les divergences, elle les cultive avec ardeur et en vit.

Secouée par son recul lors des dernières élections, l’UDC cherche à donner d’elle-même une image plus policée. Exit la candidature du chef de son groupe parlementaire Kaspar Baader, parfait représentant de la rigidité et de l’intransigeance du parti. Et voilà que défilent des magistrats cantonaux, la plupart inconnus au bataillon, mais censés être «présentables». Or la participation de l’UDC au gouvernement n’est pas d’abord une affaire de personnes qui seraient plus ou moins aptes à l’exercice collégial du pouvoir. C’est l’UDC elle-même qui, par son refus de collaborer à des solutions de compromis, par le mépris dans lequel elle tient ses adversaires, se met en position d’inaptitude. Aux autres partis d’en tirer enfin les conséquences et de former le gouvernement sur la base d’une concordance digne de ce nom, sans représentants de l’UDC.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/18932 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/18932

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP