Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Temps de travail chez Lonza, une affaire nationale

Il n’y a pas que le franc qui est CH, mais aussi la place reconnue aux syndicats

Photo G.H.Vandoom
Photo G.H.Vandoom (licence CC)

Les effets de la hausse du franc suisse sont si multiples, circonstanciés, pour les agents économiques, importateurs, exportateurs, frontaliers, professionnels du tourisme, qu’il n’est pas possible d’en tirer l’addition de manière simple.

Le phénomène n’est pas nouveau et, compte tenu de la structure de l’économie suisse, il sera durable. Il faut donc se poser la question: quand revêt-il une importance nationale? quand, touché ou pas touché, chacun est-il concerné?

Déjà on peut observer la modestie des revendications salariales annoncées pour cet automne par les syndicats. On enregistrera le tassement de la croissance économique prévue par les agences spécialisées. Les emplois temporaires, toujours significatifs, ralentissent. Mais ces indicateurs renvoient à des phénomènes économiques généraux, même s’ils ont ou auront des conséquences individuelles. Il en va autrement pour la demande faite de travailler plus, deux heures par semaine, gratuitement.

Principe

Les exigences d’allonger la durée du travail ont été, il y a quelques années en Allemagne, négociées par les syndicats qui ont, sous la menace de la délocalisation, donné la priorité à l’emploi. Mais la manière dont le directeur général de Lonza a présenté l’augmentation de deux heures de la durée du travail, à Viège et à Bâle, est d’une tout autre nature.

Citations, d’après le compte rendu de la conférence de presse où furent présentés les résultats du premier semestre (D. Eskenazi, Le Temps, 28.07.11):

«“L’augmentation de deux heures par semaine de travail de nos collaborateurs à Viège et à Bâle nous donne de l’air. Toutefois, cela ne nous permettra pas de compenser l’appréciation rapide du franc vis-à-vis du dollar et de l’euro durant les derniers mois”, a souligné mercredi Stefan Borgas, directeur général de Lonza, lors de la présentation des résultats au premier semestre 2011. 

Imposée à 2850 collaborateurs, cette mesure a été toutefois bien acceptée par 80% d’entre eux, estime le patron du fabricant d’ingrédients pour l’industrie pharma.

(…) “Nous n’avons pas de programme de licenciement”, souligne le directeur de l’entreprise qui emploie 8300 collaborateurs. L’augmentation du temps de travail devrait engendrer une hausse de la productivité de 5% à 7%. Si ces objectifs sont dépassés, les collaborateurs recevront des bonus.

(…) Au premier semestre, les résultats ont été plus ou moins en ligne avec les attentes des marchés. Si les ventes ont été inférieures aux prévisions, le bénéfice opérationnel et la marge avant intérêts et impôts (EBIT) ont largement dépassé les attentes. Du coup, dans des marchés baissiers, l’action de Lonza a grimpé de 0,8% à 68,65 francs.»

Ainsi, la durée du travail devient une variable qui permet de maintenir le bénéfice escompté de l’entreprise. Elle est imposée. La considération due au partenaire n’est plus contractuelle mais condescendante. Le travail supplémentaire non payé n’a pas du côté du patronat et des actionnaires un équivalent qui prouverait la parité des sacrifices. Au contraire, cette surcharge horaire est exigée pour maintenir le bénéfice au niveau prévu.

Un tel ton, autocrate, affirmé comme tel est contraire à l’esprit des relations avec les syndicats, qui s’exprime dans les grandes conventions collectives de l’industrie des machines, de l’horlogerie. M. Borgas reconnaît 20% d’opposants à ses exigences de travailler plus. On ne sait comment ils ont été recensés. Les citer doit être pour le directeur général de Lonza la limite de son ouverture. La négociation entre partenaires se résume dans un jeu de suffixes: impose – oppose.

En revanche, le monde boursier a apprécié. Malgré la tendance baissière, il a donné un plus de 0,8% à l’action Lonza.

National

Le temps de travail a la particularité d’offrir des possibilités de négociation variées: durée hebdomadaire, vacances, adaptation au flux des commandes, âge de la retraite. Rien ne semble avoir été évoqué dans le cas Lonza. M. Borgas impose. Lonza et sa direction ne se contentent pas d’un état des lieux. Ils se vantent de leur décision. La hausse du franc suisse est intégralement payée par celles et ceux qui travaillent.

L’affaire Lonza doit avoir un retentissement national. Tous, nous sommes concernés. Dans la conception de l’organisation du travail, dans l’affirmation de la valeur du travail, dans le partenariat social, dans le droit à la négociation.

A l’heure préélectorale où tous les partis se veulent plus suisses les uns que les autres, à l’heure de la suissitude, on s’étonne que cette atteinte à notre conception helvétique du partenariat syndical, quoique fort imparfaite, ne soit pas plus fermement défendue. Les méthodes du capitalisme anglo-saxon nous sont étrangères, l’objet d’une xénophobie ici légitime.

Le franc lourd doit être l’occasion pour les syndicats, à l’échelle nationale, de rappeler le principe des relations négociées. Dans une déclaration ferme. Nous l’attendons.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/18182 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/18182

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP