Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Une médecine du travail squelettique

La prévention des risques pour la santé au travail est inadaptée aux nouveaux dangers

Photo de Graham Horn
Photo de Graham Horn (licence CC)

En Suisse, 150 médecins du travail veillent à la santé de 4,5 millions de salariés. Ce chiffre est dramatiquement bas. Tous les travailleurs se porteraient donc bien et pourraient se passer des médecins et autres spécialistes de la santé au travail? Certainement pas. Un rapport de l’OFS dresse un tableau qui est loin d’être rose. Deux salariés sur cinq sont confrontés dans l’entreprise à des risques physiques et un tiers à des risques psychosomatiques. De son côté, l’Union syndicale suisse rappelle que plus de 250’000 accidents du travail ont lieu chaque année et que cent d’entre eux sont mortels.

La loi sur le travail et son ordonnance sur les accidents professionnels imposent aux entreprises une série de mesures pour prévenir les risques physiques de tous ordres: chutes, explosions, chaleur excessive, émanations toxiques, dangers mécaniques, etc. Pour construire ou modifier leurs installations, celles-ci doivent soumettre leurs plans à l’autorité. La réglementation sur la prévention des accidents est détaillée. Sa mise en œuvre est essentiellement une tâche de l’entreprise qui, si elle ne dispose pas de spécialistes, peut faire appel à des experts extérieurs. Une intervention sur ordre de l’autorité est toutefois possible, notamment en cas de plainte. Les syndicats jouent ici un rôle important.

La réglementation fédérale est en revanche quasiment muette sur les risques psychosomatiques importants relevés par le rapport de l’OFS. La loi ne parle que de la durée du travail. Rien par exemple sur le stress, le manque de temps pour exécuter sa tâche, le manque de latitude décisionnelle, ni sur la crainte de perdre son emploi et autres frustrations à l’origine du nombre grandissant de maladies professionnelles. La Société suisse des médecins du travail demande que chaque salarié ait la possibilité de s’adresser à un service compétent en médecine du travail. Nous en sommes encore bien loin. C’est pourquoi l’Institut romand de santé au travail (IST), affilié aux Universités de Genève et Lausanne, bat le rappel pour une formation post graduée qu’il met sur pied avec l’EPFZ.

L’effectif squelettique des spécialistes de la santé au travail tient pour une part au manque de considération de cette spécialité. Rien de comparable avec le prestige des chirurgiens et autres cardiologues. La faiblesse de la médecine du travail en Suisse provient aussi de la volonté politique de protéger l’entreprise des interventions extérieures. Pour améliorer la situation, les efforts de formation de l’IST devraient s’accompagner d’une révision de la loi fédérale sur le travail permettant, au-delà de la prévention des accidents professionnels, de prendre en considération les risques psycho-sociaux liés au travail.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/17377 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/17377

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP