Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Rien à signaler dans le satellite

Un débat entre diplomates souligne le hiatus entre la Suisse et l’Union européenne

Photo European Parliament

Qu’est-ce que l’Europe attend de la Suisse? A l’Institut national genevois, le 24 mars dernier, la question a fait l’objet d’un débat entre diplomates: les Suisses François Nordmann et Bénédict de Tscharner entourant le conseiller Thomas Näcke, de la délégation de l’UE à Berne, et Christian Strohal, ambassadeur d’Autriche. Se dégagea, en guise de réponse, le constat – largement partagé – d’un triple hiatus.

Hiatus entre la perception statique, voire fixiste qu’on se fait à Berne des relations avec l’Union européenne, et la dynamique emportant celle-ci. Quand on a un accord, semblent penser les Suisses, on s’y tient, ou alors on le renégocie. Lorsque nous étions six, neuf ou douze, rétorquent les gens de Bruxelles, cela pouvait encore marcher, mais nous sommes vingt-sept aujourd’hui, et ce n’est pas fini puisque nous attendons déjà la Croatie pour demain; nous ne pouvons fonctionner avec des règles particulières pour chaque cas particulier.

Hiatus entre le discours du monde politique suisse, toujours soucieux d’indépendance, de souveraineté, d’égalité dans la relation bilatérale, et la réalité d’une satellisation de fait. On peut chipoter sur le pourcentage exact (60%? davantage encore?), mais il paraît bien que la plupart des réglementations arrêtées par la Suisse ne le sont qu’après vérification de leur conformité avec les normes et pratiques de l’Union. C’est indolore pour le nationalisme helvétique, parce qu’invisible ou presque: cela se passe dans la discrétion des bureaux.

Hiatus, enfin, entre la dimension géopolitique de l’Union et la pusillanimité politicienne des autorités suisses, traumatisées par l’échec de l’adhésion à l’EEE en 1992 et fascinées, depuis lors, par l’UDC blochérienne comme le lapin par le serpent. On se dit que le pire serait de connaître un nouvel échec populaire, et que, mon Dieu, du moment que notre économie trouve son compte dans le système bilatéral, autant continuer à faire sa pelote dans son coin…

Bref, la tonalité générale est morose. On apprenait, le matin même du débat, l’annulation de la rencontre prévue pour le dimanche suivant à Genève entre Micheline Calmy-Rey et José Manuel Barroso. Il y a fort à parier que rien ne va bouger avant les élections fédérales de l’automne. Et pour reprendre la formule de Tanguy Verhoosel dans La Liberté de Fribourg, «les bilatérales III sont enlisées avant même d’avoir débuté».

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/17053 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/17053

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP