Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Exposition : Le travail aux ordres de l’éternel

Tout est immobile. Sous vitre. Les ossements des saints et des martyrs sont parés pour l’éternité. Livrés à la dévotion des fidèles, ils promettent le salut. ou plutôt, un espoir d’intercession, car ils se tiennent entre deux mondes, celui des hommes et celui de Dieu. Les reliques – appendices baroques de la Contre-Réforme ressuscitées des catacombes romaines en 1634 – occupent la frontière qui sépare le visible de l’invisible. Vrais ou faux, objets de marchandage et de déprédation, les restes humains incarnent, conservés et arrangés avec abnégation par les moniales, le mystère de la mort. Qu’elle soit une fin sans lendemain ou une passerelle reliant la terre au ciel, les deux issues hantent le temps des monastères.
Le travail des sœurs théâtralise l’inexplicable. Là où le Protestant aurait simplifié, épuré, le Catholique enjolive, exalte. Ce gisant squelettique de saint Prosper de 1790, beau comme la mort enveloppée dans le velours, brave l’obscénité et rit rongé jusqu’à l’os (voir ci-contre).
En silence, calfeutrées dans leur cellule, les nonnes cloîtrées à jamais – selon le décret impitoyable des Pères du Concile de Trente en 1563 – accomplissent sans compter des gestes répétitifs, proches de l’épuisement, dans l’antichambre de la grâce. Pièce après pièce, elles composent les cadavres, arrangent les parures, dressent la parade. La prière scande la besogne. Le travail prend l’allure d’un rite. Elles abandonnent corps et âmes au Seigneur. Pour le reste, le temps somnole. Fribourg s’estompe dans le souvenir. La ville accueille volontiers ces monastères féminins si rares à l’époque, malgré quelques réticences du Grand Conseil soucieux de leur viabilité financière. On assemble, on découpe, on coud. On plie, on noue, on taille. On ne produit pas. Il n’y a rien à vendre ni à acheter. Dans la solitude, on rive la chair au sacré. L’anonymat du «on» est à la mesure de la tâche divine. L’amour de Dieu se moque de rapports de force, du capital et de la lutte de classes. Opium du peuple si l’on veut, mais puissance abyssale pour le croyant. L’exploitation laisse la place au ravissement. La soumission aux miracles. L’effacement de soi fait l’économie de l’ambition et de la fierté.
Les noms inconnus de ces mains laborieuses se mélangent maintenant à la terre, revenues à la glaise originelle. L’objet rappelle le travail disparu, oublié, exécuté. L’exposition s’annonce au-delà du visible. Et elle l’est doublement. On hallucine d’une part le surhumain ou l’inhumain : Dieu, la mort, le paradis, l’enfer, le diable. De l’autre, on devine l’humain : les jours, les plaies, la patience des moniales à l’ouvrage.

Au-delà du visible. Reliquaire et travaux
de couvents. Musée d’art et d’histoire de
Fribourg, jusqu’au 29 février 2004.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/1210 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/1210

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP