Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Egalité : Des fourneaux aux urnes

«Des faits au lieu des mots», le Women Social and Political Union voit le jour à Manchester en 1903. L’organisation réclame le droit de vote pour les femmes. Les suffragettes partent à l’assaut des privilèges masculins. Tous les moyens sont bons. Leurs actions suscitent le scandale. La résistance passive, la désobéissance civile ou le combat de rue déclenchent une violente répression policière. Scotland Yard fiche des milliers de militantes. Emily Davidson, l’une des vedettes du mouvement, meurt alors qu’elle essaie d’arrêter le cheval du roi en signe de protestation. Le martyre porte ses fruits : en 1918 – vingt-cinq ans après la Nouvelle-Zélande – les femmes britanniques obtiennent le droit de vote. C’est chose faite aussi en Allemagne et en Autriche.
En Suisse, l’Association pour le suffrage féminin se constitue en 1909. Les premières revendications datent déjà de 1868. A Zurich, lors de la révision de la Constitution cantonale, une pétition anonyme exige l’égalité entre hommes et femmes. A Genève, on fonde l’Association internationale des femmes avec les mêmes objectifs.

La patience des petits pas
La Deuxième Guerre mondiale brise l’élan des suffragettes suisses. La défense nationale mobilise toutes les forces. Les femmes se mettent au service de la patrie. Le droit de vote peut attendre. La lutte de classe prime sur la lutte des sexes. La grève générale ébranle le pays. Sans parler de la crise économique et des fascismes florissant en Europe qui étouffent dans l’œuf les revendications féministes. Le mouvement s’effrite. Il rentre dans le rang. Son aile bourgeoise se rapproche de l’Etat. La fraction ouvrière se dissout dans les syndicats et le parti socialiste.
Entre 1919 et 1921, six cantons refusent l’introduction du suffrage féminin. La résignation domine. La Ligue des femmes catholiques s’oppose à l’égalité politique. Le spectre bolchevique est passé par là. La bourgeoisie se cramponne à son monde. Une pétition signée par près de 250 000 personnes adressée au Conseil fédéral en faveur du droit de vote des femmes reste lettre morte. Le gouvernement tergiverse, il s’en occupera trente ans plus tard.
Qu’elles s’occupent des enfants et de charité ! C’est leur destin de mères et de nourrice. A chaque sexe sa place. Les femmes clouées à la maison, la vie de famille en prime, et les hommes livrés au travail, histoire de gagner l’argent du ménage. L’émancipation reste une chimère. D’un côté comme de l’autre. Même si l’Exposition nationale de 1939 ouvre un pavillon où l’on montre l’intérêt public de l’égalité politique des femmes.

De la guerre froide à mai 1968
Après la Deuxième Guerre mondiale, les organisations féminines se multiplient. A gauche et à droite. Protestantes ou catholiques. Une fédération par-ci, un comité par-là. Tout le monde défend les intérêts féminins, mais chacun à sa manière, sans concertation. La cacophonie est à son comble. La cohésion nécessaire fait défaut.
Les années cinquante gèlent les espoirs des féministes suisses. La guerre froide paralyse les espoirs de changement. On attend. La patience oublie l’action. Le refus populaire – deux votants sur trois – du vote féminin au niveau fédéral en 1959 déclenche des protestations timides. Des marches aux flambeaux à peine perturbées par une grève solitaire de cinquante institutrices bâloises. Rien de spectaculaire. On se contente d’avancer à petits pas. Le droit de vote fait son chemin, canton par canton. Vaud, Genève et Neuchâtel l’introduisent à partir des années soixante.
Voilà enfin 1968. Une nouvelle génération de femmes plus combative met le feu aux poudres. C’est la saison des pavés et de la chienlit, mais aussi de l’Année internationale des droits de l’homme. Les suffragettes exigent la reconnaissance des droits politiques. Elles fondent sur Berne. Cinq mille femmes manifestent devant le Palais fédéral. La patience a ses limites. Parlement et gouvernement lâchent prise. Les Chambres fédérales approuvent le projet de révision de la Constitution du Conseil fédéral. On organise une deuxième votation populaire en 1971. Et le 7 février, deux hommes sur trois accordent le droit de voté et d’éligibilité aux femmes. Huit cantons et demi-cantons font de la résistance. Ils tombent en 1983 à l’exception de Appenzell Rhodes-Intérieures et Rhodes-Extérieures. La landsgemeinde de Rhodes-Extérieures capitule en 1989 à une courte majorité de mains levées. Rhodes-Intérieures cède une année plus tard sous l’injonction du Tribunal fédéral. La majorité politique des femmes devient une réalité.

Informations et bibliographie sur le site de la Commission fédérale pour les questions
féminines, www.frauenkommission.ch

Voter c’est bien,
être élue c’est encore mieux
Malgré l’hostilité à l’égard de la politique des quotas, la proportion de femmes augmente au Parlement depuis 1971: 26,5% au Conseil national lors des dernières élections. Le Conseil des Etats comptait huit femmes pour dix-huit hommes au cours de la législature qui s’achève. En revanche, la présidence des Commissions permanentes des Chambres reste une affaire presque exclusivement masculine. Dix sur douze au Conseil national et douze sur douze au Conseil des Etats entre 1999 et 2003. Par ailleurs, en 2002, le taux de femmes dans les exécutifs cantonaux était de 21,3%, de 24,1 pour les législatifs et de 18,5% au niveau communal, alors que le Conseil fédéral avec deux femmes atteint 28,6%.

Rectificatif
L’article consacré au droit de vote des femmes, paru dans DP n°1580, comptait maladroitement dix-huit hommes au lieu des trente-huit effectivement en charge au Conseil des Etats lors de la législature qui s’achève.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/1207 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/1207

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP