Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pauvreté : La misère avance masquée

Il y a les grands chiffres de la pauvreté; 10 à 15% de la population suisse vit dans le dénuement. Mais il y a aussi les petits nombres de la misère quotidienne vécue par des hommes et des femmes. Une recherche dirigée par Stéphane Rossini de l’Université de Neuchâtel, et conseiller national socialiste valaisan, a suivi les va et vient de la pauvreté anonyme (voir encadré). Pris au piège d’un système de protection social qui produit dépendance et exclusion, il y a les pauvres que l’on connaît, et reconnaît, et il y a les pauvres que l’on oublie, abandonnés à leur dérive.

L’effet boule de neige
Inutile de chercher une cause, c’est toujours le cumul d’échecs et de déboires qui marque les biographies de la déchéance, parfois invisible. On perd son travail, on tombe malade, on épuise son assurance-chômage, on divorce pour aboutir à la solitude et à l’indigence. Si le système de protection sociale suisse est en mesure de parer à une situation exceptionnelle, il est impuissant face à l’engrenage débilitant les ressources des personnes touchées. Sa force d’inertie aspire les usagers et les lance dans un jeu de piste aveugle, sans issues. La pauvreté tend au pire. Et le pire, c’est la disparition, la perte d’identité. On se cache et on s’en cache. Jusqu’à se demander s’il a des pauvres chez nous.

La formation en panne
Moins on est formé et plus on a des chances de devenir pauvre et, surtout, de le rester. C’est un lieu commun qui traverse les catégories, les âges et les nationalités. Une formation déficiente étouffe tout effort de réhabilitation. Elle mène aux emplois les plus précaires et les moins bien payés. Bien sûr, il existe des programmes de formation ou de recyclage. Malheureusement, leur choix est restreint et leur niveau souvent élémentaire. Plus grave encore, ils arrivent trop tard, quand on est déjà usé, démotivé, désormais incapable d’apprendre. Après avoir quitté trop tôt le système scolaire pour le monde du travail, il ne reste plus de place ni de temps pour enrichir ses connaissances ou pour changer d’orientation professionnelle. La formation continue reste ainsi une chimère. Elle s’adresse plus volontiers aux couches sociales déjà bien formées et offre peu de chance aux laissés pour compte.

De la charité au droit
On a aidé les pauvres au nom de la miséricorde et de l’ordre public. Il fallait bien prendre en charge des individus improductifs troublant la cohésion sociale et la vie communautaire. Mais au lieu de reconnaître leur appartenance à la collectivité, avec des droits et des devoirs, on les a exclus. Le système d’aide, relayé par des organismes et des associations privés, évacue la question sociale au cœur de la pauvreté. L’individu est seul responsable de son sort. Et quand on accumule les mauvais coups, on devient un paria, spolié de son statut de citoyen. L’assistance n’est pas tout à fait une assurance, mais plutôt une prestation discrétionnaire, ciblée selon l’appréciation variable du besoin. La honte guette toujours. On hésite à appeler au secours. On se tait et on se débrouille autrement.
C’est ici qu’il faut retrouver la dignité et l’égalité. La pauvreté n’est pas une fatalité, un mal inévitable, mais le résultat de logiques et de structures sociales inégalitaires qui compromettent la solidarité collective. C’est pourquoi les prestations d’assurance sociale devraient être un droit universel, sur le modèle de l’AVS, accessibles à tout le monde. Car il s’agit d’intégrer et non pas de condamner à la charité sans nom.

Le mythe de l’indépendant
Les indépendants flirtent aussi avec la pauvreté. Malgré la croyance populaire, leur situation est souvent critique. Etre son propre patron, c’est sauter dans le vide des emprunts à des taux suicidaires ou des aides publiques rapidement épuisées. Dépourvus de connaissances en gestion d’entreprise, ils sombrent vite dans la faillite. Au bout du rouleau, les dettes en plus, ils sont exclus du chômage. L’indépendance illusoire se transforme en une dépendance encore plus inavouable. Les indépendants déchus rejoignent ainsi le camp des démunis de longue date où s’affairent les working poors – ces forcés de la flexibilité du travail (6,5% des personnes actives en Suisse l’année passée) – les familles monoparentales – les femmes seules avec enfants – ainsi que les toxicomanes, les migrants, les SDF et les malades chroniques.

Les pauvretés cachées en Suisse
Cette recherche se fonde sur une analyse qualitative des processus de précarisation et des perspectives d’action sociale. Elle s’inscrit dans le cadre du Programme national de recherche 45 du Fonds national suisse de la recherche scientifique, consacré à l’Etat social.
Financée à hauteur de 238 000 francs, la recherche a débuté en automne 2000 pour s’achever au printemps 2002. Elle a été réalisée dans le cadre du Diplôme de formation continue en travail social, à l’Université de Neuchâtel, en collaboration avec la Haute école sociale tessinoise (SUPSI, Dipartimento del Lavoro Sociale). Enfin, plus de 150 professionnels de l’action sociale, répartis sur l’ensemble du territoire suisse, ont rédigé les biographies constituant le corpus de connaissances à la base des analyses.

www.unine.ch/dts/PNR-Publications

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/1102 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/1102

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP