Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Organisations non gouvernementales : La légitimité par les valeurs

Les valeurs sont la force d’une ONG. Elles suscitent
les questions. Elles balisent la lutte. Ce sont des lunettes pour voir
le monde et les imperfections que l’on souhaite corriger.
Une ONG
est un transformateur de valeurs en campagnes concrètes. Comme
l’explique Lara Cataldi, du Secrétariat romand de la Déclaration de
Berne, une action se dessine à partir d’un problème pour aboutir à une
stratégie de communication et de pression élémentaire et efficace.
Envoyer des milliers cartes postales ou faire des courses écologiques,
notamment. La campagne Clean Clothes pour des vêtements produits dans
la dignité menée par la Déclaration de Berne, Pain pour le Prochain et
l’Action de Carême est un modèle du genre.

Informer et communiquer
La
capacité de communiquer est primordiale. Les dossiers, les analyses et
les recherches des ONG sont indispensables aux politiciens ou lors
d’une votation populaire. C’est par là qu’elles influencent les
décisions. Façonnent les débats. Pèsent sur les négociations.
Marginalisées sur le plan institutionnel, elles jouent leurs cartes
dans les couloirs du pouvoir. Elles tirent parti de leur affiliation à
des réseaux internationaux. Elles sont des relais infatigables
d’informations alternatives. En Suisse, la Déclaration de Berne aussi
bien que la Communauté de travail sont des sources incontournables dans
le domaine nord-sud. Sans lever la voix, elles agissent localement, sur
le plan national – à Berne, au Parlement – pour des effets plus globaux
– à l’OMC ou à l’ONU par le biais des positions suisses qui y seront
proposées.

Un mot-valise
Les organisations non
gouvernementales sont un casse-tête : un peu comme une charade ou un
rébus. Le nom, négatif, est une énigme. Et en parler au pluriel n’a
guère de sens, proteste Lara Cataldi. Le terme est devenu un
fourre-tout. On l’utilise à tort et à travers. Il rime spontanément,
depuis la fin des années huitante et l’apparition des mouvements
hostiles à la mondialisation, avec défense des plus pauvres ou avec
lutte contre le pouvoir des grandes multinationales. En réalité,
économiesuisse – la fédération des entreprises du pays – est aussi une
ONG. Au même titre que le World Economic Forum. C’est pourquoi toute
association est une ONG à l’exception de l’Etat et des organisations
internationales. Il y a par contre des organisations avec des objectifs
et des fonctionnements spécifiques. Il s’agit de les identifier. De
dévoiler à chaque fois leur raison sociale, singulière et inimitable.
C’est quand on regarde de près le travail de chaque ONG que l’on
découvre la force des singularités qui souffrent des généralités un
brin désinformées.

L’équivoque de
la société civile
Selon
Dieter Ruloff, professeur de relations internationales à l’Université
de Zurich, les ONG représentent la société civile qui se distingue des
mondes de la politique et de l’économie. Les individus, écartés des
affaires par la mainmise de puissants intérêts particuliers et
l’irresponsabilité des politiciens, se partagent désormais en
absentéistes déçus et citoyens résistants. Les ONG comblent le déficit
démocratique ressenti par ces derniers. En revanche la légitimité
populaire des partis politiques, des syndicats face au patronat ou des
sociétés faîtières représentant toute une corporation, leur fait
défaut. Mais elles auraient tort d’y aspirer au nom de la société
civile, un sujet aussi improbable que mystérieux. De renoncer à leur
engagement particulier pour des objectifs plus diffus, se confondant
avec les partis politiques. L’équivoque réside dans la conviction
d’être le porte-parole de groupes sociaux volatils, qui s’assemblent et
se dérobent au gré des campagnes et des circonstances, plutôt que
d’idées et de valeurs spécifiques.
Plus simplement, les ONG
apostrophent l’opinion publique via les moyens de communication de
masse pour obtenir son adhésion. Coup sur coup, des ensembles variables
d’individus se rallient à une cause. La pression exercée déterminera la
visibilité de l’action et sa reconnaissance. La Déclaration de Berne ne
cherche pas autre chose. Entre la conscience du choix unilatéral qui
s’auto-légitime – le développement solidaire – et la volonté de
défendre ses valeurs et de les faire partager.

La Déclaration
de Berne est une association fondée en Suisse en 1968 par un groupe de
théologiens réformés. Elle compte plus de 20000 membres. Elle
revendique un développement durable et solidaire pour l’ensemble de la
planète. Les campagnes en faveur du commerce équitable en 1974, contre
le commerce de femmes et le tourisme sexuel au début des années
huitante aussi bien que l’action qui vient d’être lancée «Se soigner¨:
un droit pour tous! Sida, Suisse et pays pauvres» témoignent de son
engagement pour un monde plus juste. L’action locale, ponctuelle –
l’achat d’un sac de jute en 1976 – doit se projeter dans une
perspective plus large, globale : le changement de nos habitudes de
consommateurs et de notre système de production de biens et de
services. n

www.ladb.ch
www.cleanclothes.ch
Dossier sur les ONG dans La Suisse et le monde, n°2, 2003, la revue du DFAE, disponible sur le site www.dfae.admin.ch

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/1093 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/1093

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP