Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Art et science: Le mensonge de la vérité

La Fondation Verdan à Lausanne présente des centaines
de clichés inédits. L’exposition parcourt des décennies
d’enquête photographique au service du savoir.
Une histoire passionnante entre objectivité et imposture.

Discernés au microscope, les défauts catastrophiques de supraconducteurs lunaires sont assemblés en noir et blanc. Ils se confondent avec les cicatrices des peaux blessées. Les portraits de quelques idiots sont alignés sans grâce ; ils tirent leurs langues tailladées pour le compte de la Faculté. L’inventaire est une collection ; le répertoire tragi-comique de l’infini enfin compris, réduit, fini, justement. La météorologie ou l’anthropologie émergent de cet effort : assembler la complexité et la diversité dans l’espoir d’en saisir le caractère ou la matrice. Jusqu’à l’arlésienne, fruit d’une improbable imposture technique dégageant l’invisible : l’abstraction absolue d’une âme morte. L’arlésienne n’existe pas, mais la photo en a eu l’idée. Sans discrimination, l’objectif absorbe la lumière, s’impressionne et rend son verdict : un cliché.

L’identité mesurable
Les délinquants posent de face et de côté. Neutralisés par le dispositif les acculant à quelques mensurations. Fiche signalétique destinée à l’identification – document objectif utilisé à l’encontre des récidivistes – elle gomme les singularités, les malaxe en une pâte grise. Alphonse Bertillon atteint son but, au-delà de ses espoirs. Il normalise certes la photographie judiciaire, mais aussi les individus. Un criminel ressemble à un autre. Devenu méconnaissable, il nourrit le stéréotype : l’ensemble des traits distinctifs de l’espèce maudite. La synthèse fait figure à la fois d’artifice et de réalité. Elle est fausse et en même temps elle a un surprenant air de vérité. On revient à l’invisible.
Eadweard Muybridge dissèque le galop du cheval. Il monte la séquence du mouvement. La décomposition de l’espace, fige le temps perdu. Les sabots ne touchent pas le sol. Du jamais vu. On tente la même expérience avec les pathologies neurologiques (tremblements, épilepsie, etc.). Sans succès cette fois. L’image est sans issue. Elle s’entête dans les descriptions stériles de la souffrance. L’interprétation et la compréhension des maladies sont une autre affaire. Elles échappent au réflexe lumineux.
Il reste le constat. L’illusion de l’appareil semble réduire à néant la subjectivité ; toute intervention altérant l’immédiateté du réel. La photo reproduit la réalité. Elle l’intercepte et nous la restitue, telle quelle. C’est encore la justice qui s’en empare. Le document photographique remplace les souvenirs désarticulés des témoins, la mémoire trop sélective des enquêteurs. Elle rentre au tribunal. Elle expose les indices et les pièces à conviction. Murés dans leur silence mat ou brillant, ils provoquent pourtant la confrontation et le débat. Ils ne disent rien. Ils sont là inertes, proies du pour et du contre. Bref, impuissants alors que la vérité court toujours.

L’image pour connaître
La science isole, choisit, construit son objet. La photo suspend l’écoulement brouillé du temps. Elle apprête le visible, et le prépare pour l’étude. Ensuite on examine, on marque, on mesure. Trace d’une particularité, l’image enregistrée recèle une mine d’informations utiles qu’il s’agit de mettre à jour. On analyse les propriétés des objets, on dégage des structures plus larges. La photographie, bien sûr numérisée, façonne le monde qu’elle explore. Le protocole – la méthode – devance le résultat : l’image. Il faut connaître son mode de fabrication et d’emploi, quitte à sombrer dans la mystification. Comme ses instantanés de phénomènes réfractaires à la lumière. Imperceptibles en réalité, ils se montrent magiquement dans une mise en scène qui aspire à la vérité par le mensonge. Preuve par l’image, la dernière exposition de la Fondation Claude Verdan de Lausanne explore le paradoxe insoluble du voir et du savoir. Quand le doute les mine et les renvoie à l’ambiguïté de la connaissance. L’image n’est pas une preuve. Mais la preuve s’en amuse. Elle appelle les images, et les plie à son bon vouloir ; arrogante de vérité. Ce ne sont pas les images qui mentent. On ment sur les images, comme l’affirme à raison Laurent Gervereau dans Les images qui mentent (Seuil, 2000). La preuve par l’image est un mensonge de plus. Une illusion, l’ombre du monde.

Preuve par l’image. La photographie en quête de vérité. Fondation Claude Verdan, Lausanne, jusqu’au 27 avril 2003.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/1078 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/1078

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP