Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

La pression fiscale, indicateur de la vigueur démocratique

Relevé par «Alternatives économiques» dans la «Revue française des finances publiques»

Un titre en forme de provocation? Oui, si l’on adhère au dogme de l’amaigrissement financier des collectivités publiques et si l’on croit aux bienfaits de la concurrence fiscale. Oui, si l’on mesure la liberté à l’aune du revenu individuel disponible. Non, si l’on veut bien tenir compte des faits. Un exercice pratiqué par deux chercheurs français.

Dans un article paru dans le dernier numéro de la Revue française des finances publiques, André Barilari et Thomas Brand montrent, chiffres à l’appui, que le paradoxe n’est qu’apparent: le.niveau des prélèvements obligatoires (données du Fonds monétaire international) et la vigueur démocratique d’un Etat (données de Freedom House) sont fortement corrélés. Plus la part de la fiscalité dans le PIB est importante, plus un pays est démocratique. Les pays dont le poids de la fiscalité est relativement faible, inférieur à 12-15% du PIB, sont souvent des dictatures. Ceux dont la fiscalité est plus importante – jusqu’à 25% du PIB – sont semi-démocratiques. Alors que les pays où la fiscalité pèse au moins 28% du PIB sont presque toujours démocratiques. La corrélation est confirmée si l’on prend en compte l’indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement.

Les auteurs notent que l’impôt ne matérialise pas seulement la présence de l’Etat. Il témoigne aussi de l’existence d’un système social qui permet à l’individu d’exister.

A partir de ces corrélations, les chercheurs ne se risquent pas à définir un optimum fiscal. Mais au-delà d’un certain seuil, le risque de dépenses improductives croît. Par contre la concurrence fiscale effrénée à laquelle se livrent les collectivités publiques pour appâter les bons contribuables met en péril les tâches de l’Etat – sécurité, justice, développement et cohésion sociale. Et les éloigne de la norme démocratique.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/10258 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/10258

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP