Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Point de vue: Italie, le beau pays en chaînes

Il y a quelque chose d’étrange dans le cas italien. Une sorte de schizophrénie nonchalante et diffuse. Soumis aux critiques du monde entier, le pays vit néanmoins de sa routine rassurante. Les sondages l’affirment : le gouvernement et son premier ministre sont populaires. La majorité des Italiens est satisfaite. Ici et là, à défaut d’une opposition organisée et efficace (l’héritage de l’Ulivo, la coalition de gauche est gaspillé en querelles et dissensions sans lendemain), se manifestent des poches de résistance, des réseaux de solidarité (des groupes éditoriaux indépendants, des centres sociaux, des syndicats). Mais c’est bien peu de chose face à la mollesse d’une opinion publique bien en chair, occupée à ses affaires (par exemple, l’essor des PME du Nord-Est) .
Le paradoxe réside alors dans l’inquiétude internationale, à peine relayée en Italie par quelques commentateurs désabusés, comparée à l’insouciance admirative, voire complaisante, d’une grande partie de la population à l’égard de Berlusconi.
Le scandale, c’est l’écart entre le danger invoqué et le consensus un rien cynique et criard des gens (« la gente » selon un tic langagier réduisant toute individualité à un amas télévisuel). Version actualisée d’un sentiment distrait, fataliste certainement
(« piove, governo ladro ! ») dont se sont nourris tous les extrémismes, de mémoire italienne.
La rationalité politique s’oppose à la falsification médiatique, à la comédie des simulacres, au credo de la réussite, au délire de persécution, à la personnalisation des institutions et des pouvoirs. Ë quoi bon ? Berlusconi est désormais une icône, il a sa place à côté de la Vierge. Aussi fauxqu’elle est vraie. Mais peu importe. Il synthétise brutalement le caractère désespérant d’une certaine manière d’être italien : roublard, profiteur et geignard. Berlusconi gouverne comme s’il était dans l’opposition. S’émeut sans cesse des critiques injustifiées, du temps d’antenne toujours insuffisant, d’un régime paralysant le changement dont il est le vecteur plébiscité par le peuple, des communistes qui sévissent partout à la ronde malgré les verdicts de l’histoire. Bavard et omniprésent, il assourdit toute communication, toute réflexion lucide, dans le vacarme d’un seul message en chaînes et en boucle : l’intérêt personnel. Orphelin d’idéaux, de visions, d’un horizon. Concentré sur son destin et sa dynastie.
Cependant, les Italiens ne sont pas dupes. Ils ne sont pas aveuglés par l’indécence de Berlusconi et des siens. Il ne s’agit pas de raisonner une population entière, anesthésiée ; un pays assujetti. Berlusconi peut agir en toute impunité, s’attaquant aux fondements mêmes de la démocratie, à la séparation des pouvoirs, parce qu’il consacre, à mi-chemin entre le blasphème et l’eau bénite, la disparition d’une certaine forme de société. Structurée par les lois et les principes d’un contrat social en vertu duquel tous les citoyens en partagent la responsabilité, solidaires.
L’apparition et le succès de Berlusconi indiquent le désir d’un monde déréglé, non seulement sur le plan économique, mais globalement englouti dans l’intolérance du laisser faire des rapports sociaux. La « deregulation » aboyée par Umberto Bossi et la
« Lega del Nord », résume à la fois cet appel de la forêt, ce retour du refoulé, et l’absence catastrophique de culture politique, sinon de culture tout court. md

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/1012 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/1012

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP