Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Forum: La globalisation n’existe pas

Alessandro Baricco est un écrivain italien qui sait raconter les gestes mythiques de personnages hors normes. Cependant, il s’improvise de temps en temps journaliste pour la presse quotidienne. Chroniqueur étourdi et bavard, il s’amuse à ébranler l’évidence des événements. C’est dans le journal La Repubblica qu’il a publié récemment une série de quatre articles consacrés à la globalisation où l’auteur se livre à une méthode simple, voire démodée : reconnaître ce qui est vrai et ce qui est faux dans son déploiement triomphal sur le monde.
Baricco passe d’abord en revue les exemples qui semblent attester de l’existence de la globalisation. Parmi d’autres, il note celui qui convertit les moines tibétains en utilisateurs acharnés de l’Internet. Exemple dépourvu de toute réalité, cependant, qui est le fruit d’une efficace campagne promotionnelle diffusée par IBM. Et quand les exemples ne sont pas faux, ils débouchent soit sur des conclusions abusives (la libéralisation des marchés alors que le protectionnisme d’Etat est encore monnaie courante), soit leur impact concret est insignifiant (l’influence de certains produits de consommation de masse dans les pays non occidentaux, Coca Cola en Inde, entre autres).

L’argent est tout-puissant

Ensuite, Baricco identifie le responsable à l’origine de la rumeur globalisante : c’est l’argent. C’est lui, génie tout-puissant, qui désigne et façonne les horizons nouveaux (héritiers du Far West nord-américain). Plus vastes et ouverts à son immense appétit ; où l’Internet remplace les réseaux de communication traditionnels. Si autrefois, la guerre déverrouillait les marchés, maintenant l’argent profite de la paix. La globalisation devient un mot-valise merveilleux, un paysage hypothétique (un logo, plus-value spirituelle) jailli de la gourmandise de l’argent qui réclame espaces et mobilité accrus, indispensables à sa circulation.

Régression vers le passé

C’est ici qu’interviennent les mouvements hostiles à la globalisation. En effet, la réflexion de l’écrivain trouve sa source dans les incidents tragiques survenus lors du sommet du G8 de Gênes. Il constate que : a) les chefs d’Etats se réunissent, non pas pour décider quoi que ce soit (ils le font à tout moment sans militariser des villes entières), mais pour s’exhiber en supporters souriants de la globalisation ; b) que les manifestants anti-globalisation, impuissants face aux mécanismes complexes et fuyants qu’ils veulent combattre, se regroupent, défilent et crient pour en interrompre le spot publicitaire. Plus profondément, la contestation « no global » dénonce la réduction du jeu économique, voire social et politique, à la seule loi du plus fort. Baricco l’écrit cruellement sans demi-mesures. Il se souvient également que le 20e siècle a été le théâtre de luttes acharnées traquant cette dérive. Communisme et Etat providence, deux projets impensables aujourd’hui, véhiculaient l’idée d’un univers évoluant vers des chances équitables de (sur)vie pour tout le monde. Histoire de conjurer une humanité humiliée à la Zola. La libéralisation de tout et de tous, gage de progrès et de bien-être mondialisés, ressemble plutôt à une régression vers une condition humaine honnie.

Le diktat de la globalisation

L’écrivain admet que la globalisation, si elle est réelle et non pas fantasmée, pourrait produire richesse et modernité. En revanche, il ne peut justifier l’oubli distrait de dommages collatéraux que provoque l’emprise de son diktat. Car il s’agit d’imaginer une globalisation morale et civilisée. Enfin débarrassée de la culpabilité d’un passé meilleur, d’un âge d’or toujours invoqué pour en contester les méfaits contemporains. Baricco pense en iconoclaste quand il proclame que « Homère, c’est les Américains ». Car l’histoire de l’Occident est aussi un ensemble de moments restreignant les libertés collectives, réduisant la complexité du monde à travers l’imposition de modèles culturels dominants niant les minorités et les différences. La globalisation selon le G8 est un de ces moments. Malheureusement, ce n’est pas en détruisant des McDonald’s ou en regardant obstinément les seuls films français que l’on pourra en échafauder une autre. La globalisation otage des managers, des banquiers et des agences de marketing est un rêve trop mince, contrarié, constipé. Baricco a un autre rêve : celui de rêver ce rêve à la place de ceux qui le monopolisent.
Marco Danesi

Les articles de Alessandro Baricco ont paru dans La Repubblica les 20, 23, 26 et 30 octobre 2001.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/1006 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/1006
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP