Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Cachée derrière la crise économique, une crise écologique majeure

Le rapport biennal du WWF sur l’état de la Terre est à prendre en compte lorsqu’il est question de relance, ou pour compléter la comptabilité nationale

L’automne 2008 a vu la parution du rapport du WWF intitulé Planète vivante. Il s’agit d’un document publié tous les deux ans et qui établit un bulletin de santé de la Terre, du moins de sa partie vivante. Il aboutit à un calcul de l’empreinte écologique de l’humanité sur la planète et un état de l’évolution des espèces animales, ainsi qu’à des propositions de stratégies pour l’avenir.

Si son élaboration implique de nombreux éléments et des calculs complexes, le principe de l’empreinte écologique est relativement simple: il s’agit de convertir les sollicitations de l’être humain vis-à-vis de son milieu naturel en hectares puis de comparer ce résultat avec le nombre d’hectares disponibles pour la vie humaine sur la planète. Les chiffres du WWF sont terrifiants: l’humanité consomme annuellement presque 30% de ressources de plus que ce que la Terre peut lui offrir!

Le mode de vie occidental, en train de se généraliser, n’est pas généralisable. Il est très probable que la majorité de nos contemporains l’ont compris, mais sans pour l’instant en tenir compte. Ainsi, en Suisse, nous vivons largement au-dessus de nos «moyens» écologiques, en consommant 2,4 fois ce que des ressources partagées entre tous les terriens pourraient nous permettre. Notre situation n’est pas encore intenable, parce qu’une partie significative des habitants de cette planète vit très en dessous de nos standards de consommation. Mais l’évolution en cours est en train de rapprocher à toute vitesse le moment auquel la question du nécessaire partage va intervenir avec force dans les relations internationales. Il faut savoir que la pression de l’humanité sur l’environnement terrestre a doublé lors des 45 dernières années. Et aujourd’hui, le WWF calcule que le nombre moyen d’hectares à disposition par être humain est d’à peine plus que 2, et que la croissance démographique qui devrait porter le vaisseau planétaire à 9 milliards d’habitants d’ici le milieu du XXIe siècle va le réduire encore. La Suisse se situe quant à elle à plus de 5 hectares globaux par personne.

En cette fin d’année 2008, les esprits sont plus inquiets de la santé financière et de la dynamique économique de nos sociétés. Or, oublier le principal danger serait une erreur majeure. Au rythme actuel, l’humanité aura besoin de 2 planètes en 2030. C’est tout une série de problèmes majeurs qui sont agendés pour les prochaines décennies: déforestation, pénuries d’eau, chute de la biodiversité, changement climatique, surexploitation des resssources, multiplication des pollutions, accumulation de déchets toxiques, etc. La surexploitation actuelle de notre «capital écologique» est un non-sens sur le plan économique: l’entreprise Terre ne vit pas sur ses recettes périodiques, mais en prélevant les ressources nécessaires sur le capital de l’entreprise. N’importe quel patron sait que cela est mortel à terme.

A l’échelle mondiale, la Suisse est un petit pays, ce qui fait que nous ne nous percevons pas forcément comme un variable d’ajustement majeure. Et pourtant, nous faisons partie des «débiteurs écologiques» de par nos importations de ressources naturelles. En effet, il faut bien prendre conscience que des consommations de ressources, des pollutions et des prélèvements nécessaires à la production ailleurs ont pour but une consommation sur notre territoire. Le jour viendra où les créditeurs écologiques vont faire valoir leurs prétentions sur ces valeurs d’échange.

Notre comptabilité nationale (organisée autour du PIB) fait pour l’instant encore et toujours l’impasse sur la valeur des ressources naturelles. En ignorant les services rendus par l’environnement, ainsi que les pertes occasionnées par la pollution, elle nous donne des informations trompeuses sur notre capacité à affronter les difficultés à venir. Corriger notre évaluation actuelle est une priorité, et cela permettra de mettre en évidence à quel point notre gestion actuelle des transports, par exemple, n’est pas durable du tout.

C’est toute notre gestion qui est concernée et qui va devoir être revue: l’aménagement du territoire (certaines relocalisations seront certainement nécessaires), la fiscalité, la politique des transports, l’indépendance énergétique. A l’échelle des évolutions planétaires décrites par le rapport du WWF, nous sommes en train d’accumuler du retard. Il y a urgence d’intégrer ce débat à toutes nos décisions, même en période de récession: c’est d’ailleurs le moment où jamais de consentir les investissements nécessaires pour être prêt le jour où la crise écologique pèsera plus explicitement sur l’économie.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9989
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9989 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP