Mode lecture icon print Imprimer

Une taxe incitative variable pour lisser le prix de l’énergie?

Une idée de la Basler Zeitung qui atténuerait les effets de dents de scie et encouragerait l’investissement dans les économies d’énergie

icone auteur icone calendrier 14 novembre 2008 icone PDF DP 

Thématiques

D’août 2007 à juillet 2008, le prix du baril de pétrole a passé de 71 à 140 $ le baril. Une augmentation si forte que les taxes d’incitation visant à l’économie d’énergie paraissent superflues: «le marché va à lui seul influencer le comportement des consommateurs», un pronostic qui semble alors d’autant plus sûr que la tendance à la hausse paraît irréversible. Aujourd’hui pourtant le baril se négocie à moins de 60 $.

Cette évolution en dents de scie du prix du pétrole rend difficile un comportement économiquement rationnel. Un investissement consenti pour économiser l’énergie dans un contexte de forte hausse du prix du pétrole peut se révéler soudain très coûteux lorsque ce prix chute. Par ailleurs la diffusion à plus grande échelle des capteurs solaires ou l’acquisition de véhicules peu gourmands en énergie se trouve freinée dans un tel climat d’incertitude.

Le journaliste Hanspeter Guggenbühl, spécialiste du dossier énergétique, propose de lisser le prix du pétrole au moyen d’une taxe variable (Basler Zeitung, 22.10.2008). Il prend comme référence un prix légèrement inférieur au prix moyen du pétrole durant les douze derniers mois: 70 centimes le litre. Pour tenir compte de la raréfaction future de l’offre et du changement climatique, ce prix est augmenté d’une taxe de 5% par an dès 2009. Le même mécanisme devrait s’appliquer aux énergies non renouvelables tels que le gaz, le charbon et le nucléaire. Si le prix du marché augmente plus que celui prévu par ce système de taxation, la taxe est suspendue. Par contre la taxe est réintroduite dès que le prix du marché descend en dessous de l’évolution prévue, de manière à combler la différence entre prix du baril sur le marché libre et prix résultant de l’évolution annuelle décidée. Ce système de taxation n’alourdirait pas la charge fiscale puisque son produit serait redistribué aux ménages et aux entreprises.

Ce compromis entre une simple taxe d’incitation et le marché, en rendant transparent et prévisible l’augmentation du prix de l’énergie, donnerait un signal clair aux investisseurs et atténuerait le choc dû aux variations brusques de prix.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9979
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9979 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    François Marthaler says:

    C’est en effet une très bonne idée qui, de surplus, me semble d’une mise en oeuvre très facile. Seul bémol: pour être réellement efficace, elle devrait être déployée à l’échelle européenne, voire internationale.

    Quoi qu’il en soit, merci pour l’info (très utile pour qui n’a pas le temps d’éplucher toute la presse d’Outre-Sarine).

Les commentaires sont fermés.