Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Et si le CIO s’occupait de sport

L’olympisme peut-il être autre chose que le super-meeting de championnats du monde simultanés?

Il y a quarante ans, c’est-à-dire hier, le CIO prétendait défendre et illustrer l’éthique sportive. Non seulement par la fraternité née des concours, mais aussi par le désintéressement. N’étaient admis aux Jeux que les athlètes pour qui le sport n’était pas un métier ou la source principale de leurs revenus.

Sous l’ère Samaranch, l’amateurisme a cessé d’être une exigence. Parce que la publicité, le sponsoring, la télévision avaient donné une nouvelle dimension au sport de haut niveau. Parce que beaucoup de régimes, autoritaires et même démocratiques, pour magnifier leur image, entretenaient leurs athlètes de pointe comme des professionnels fonctionnarisés. Parce que le CIO lui-même tirait un profit gigantesque, à l’échelle des Jeux, des droits de reproduction des compétitions.

L’amateurisme comme garant de l’éthique sportive a vécu ou survit à peine dans des disciplines discrètes comme le tir à l’arc. Mais par quoi le remplacer si l’on veut que les Jeux ne soient pas que le super-meeting de championnats du monde simultanés?

Deux gymnastes chinoises

Avant même que commencent les concours, on a pu les découvrir à la télévision, le président Hu Jintao ayant tenu à les encourager au cours de leur entraînement. Deux gymnastes chinoises par leur taille, leur poids, leur structure osseuse correspondaient exactement à ces enfants-oiseaux adaptés aux vols qu’exigent les engins de la gymnastique. Et, on le sait, cette particularité physique s’obtient par un surentraînement qui bloque et la croissance et la puberté.

Alerté, le CIO élude, en rappelant qu’il appartient aux Fédérations de faire respecter les règles qu’elles-mêmes érigent. En l’occurrence, l’interdiction de concours avant l’âge de 16 ans.

En soi, cette mesure est déjà insuffisante. On ne se présente pas à ce niveau de compétition sans un entraînement intensif de plusieurs années. C’est donc bien avant dix ans que ces enfants sont embrigadées. Interpellée, la Fédération internationale de gymnastique a affirmé avoir reçu des assurances, état civil à l’appui.

Comment attendre du CIO qu’il soit le défenseur des droits de l’homme si, dans son domaine, il ne fait pas respecter les droits de l’enfant?

Les impasses

L’olympisme a atteint ses limites. Le constat est banal. D’abord le gigantisme des Jeux. Seules quelques capitales ou mégapoles peuvent prétendre être villes organisatrices. Le surdimensionnement exclut une véritable fraternisation des athlètes – et surtout on a passé des disciplines classiques à la participation de tout ce qui est compétition sportive. De l’athlétisme au sport. Deuxième limite, celle du plafonnement des records, l’homme atteignant le seuil des performances qu’autorise sa physiologie.

Questions essentielles qui justifieraient la réunion d’un «conclave»: qu’est-ce que le sport? qu’est-ce que la performance naturelle? et, selon la réponse donnée, qu’est-ce que l’olympisme?

CIO et Fédérations

Les membres du CIO sont cooptés. Ce mode d’élection soustrait l’institution aux pressions politiques. Ce peut être une garantie d’indépendance. Mais la cooptation a les tares de l’endogamie. On reste entre soi. Les présidents des grandes fédérations sont membres du CIO et, une fois choisis, électeurs du président!

Toute réforme devra donc aussi être institutionnelle, rompant la cogestion Fédérations-CIO. Si le CIO veut promouvoir une nouvelle conception de l’olympisme, corrigeant les fléaux actuels cumulés du chauvinisme national et de l’argent, il devra l’imposer aux Fédérations, non pas comme modèle de leur propre organisation, qu’elles sont libres de décider, mais comme condition de participation aux Jeux. Pour participer, il ne suffira plus de répondre à des exigences sportives ordinaires mais à des exigences «olympiques», qui donneraient un sens nouveau au slogan «l’important n’est pas de gagner mais de participer».

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9897
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9897 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Merci de cet excellent article de saison qui contient une proposition originale.

    Une remarque concernant la professionnalisation. Elle entraîne bien sûr certaines dérives. Mais, ily a aussi un effet paradoxal: les professionnels les mieux payés au monde sont prêts à venir participer à cette compétition uniquement
    par ce qu’elle représente sur le plan sportif. L’émotion de Federer comme porte-drapeau n’est pas feinte. Un joueur
    de
    football comme Messi préfère venir jouer avec l’Argentine aux JO qu’avec son club de Barcelone (l’affaire a
    d’ailleurs
    donné lieu à un litige tranché en faveur des clubs). Les Dream Team américaines de basket se succèdent. Je ne suis
    pas
    dupe des contrats publicitaires. Maisla participation de certains professionnels est
    finalement plutôt bénéfique pour l’esprit olympique.

    Une autre remarque concernant le nombre de disciplines. Les JO d’été de 2008 en comptent 28; les JO de 1908 (Londres) en
    comptaient 25, dont certaines aussi fokloriques pour l’époque que le taekwondo ou le BMX aujourd’hui (jeu de paume, crosse, tir à la
    corde). Malgré les pressions des fédérations de toutes les disciplines (y compris…le bridge), le CIO a finalement plutôt limité leur nombre. Pour 2012, il a par exemple exclu les baseball et les softball. L’athlétisme a peut être perdu un peu de son prestige au détriment d’autres sports, mais je ne suis pas sûr que ce soit une mauvaise chose.

    Finalement, les sports collectifs très populaires (le basketball en particulier) font appel à des autres valeurs que le culte de la performance et son lot de cas de dopage. Le programme des jeux d’hiver est d’ailleurs plus équlibré, ski alpin et hockey sont presque à égalité de prestige.

  • 2
    François Brutsch

    1) En ce qui concerne la gymnaste He Kexin, un internaute est parvenu à retrouver (dans un cache) un document retiré d’un site officiel chinois attestant qu’elle a 14 ans et non 16 comme le soutiennent les autorités. C’est le Times de Londres qui l’a révélé vendredi. Jacques Rogge a annoncé une enquête, qui pourrait conduire au retrait de sa médaille d’or. 

    2) C’est aussi en anglais, mais le Magazine du FT Weekend a publié il y a quelques semaines un passionnant reportage sur la stratégie militaro-industrielle de prospection, dès l’enfance, et d’élevage des futurs champions chinois  Et encore, vous échappez aux photos de bambins suspendus aux espaliers de la version papier!

    3) De quoi toutefois se rassurer sur la santé de cette belle jeunesse: Sex and the Olympic City un tour de force journalistique publié également par le Times (dans le cahier magazine quotidien) que je ne résiste pas au plaisir de communiquer…

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP