Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Service militaire et associations paramilitaires

La dérive sectaire ne guette pas que la spiritualité

Le capitaine responsable de l’exercice militaire de rafting sur la Kander, qui fut fatal à cinq participants, était le président d’une association paramilitaire. Le but de cette association serait, rapporte la presse, de cultiver les vertus de l’endurance physique et de l’esprit chevaleresque. Et, naturellement, de conforter chez celui ou chez ceux qui dirige(nt) le plaisir de soumettre autrui à sa volonté à travers des épreuves réputées initiatiques.

Les valeurs qu’exalte l’armée, courage, don de soi, obéissance, ne trouvent pas en temps ordinaire de champ d’application dans le banal cantonnement et le «cours de répète». L’ennemi qui donne sens à l’engagement n’est pas aux frontières mais dans les tiroirs d’exercices d’état-major. L’institution militaire laisse donc place à des associations-sectes où se vivent, se recréent et s’exaltent les vertus du vrai combat.

Au lancement de Domaine Public (en 1963) nous avions révélé un exercice où des aspirants aviateurs étaient censés être tombés en territoire ennemi. Poursuivis, ils étaient arrêtés et torturés selon un simulacre poussé. La mise en scène avait été conçue par des officiers activistes, liés au civil par une idéologie et une organisation communes.

La tentation de l’armée est de considérer les activistes comme de bons éléments et de faciliter leur ascension dans la hiérarchie militaire. Ce fut à l’évidence le cas pour le capitaine responsable du drame de la Kander.

L’armée qui recrute et enrôle des hommes aux convictions diverses doit considérer comme contraire à son éthique qu’une idéologie militariste, sectaire, soit cultivée en parallèle aux engagements qu’elle requiert. Au lieu d’y voir une élite à favoriser, elle doit se méfier de ces zélateurs.

Le chef de l’armée, Roland Nef, en exigeant la démission de Walter Knutti, commandant des forces aériennes, a peut-être donné ce signal. C’est du moins ce que l’on souhaite. Mais ce sera au Conseil fédéral et à Samuel Schmid de le confirmer devant le parlement.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9873
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9873 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Il y a hélas des fadas dans toutes les armées du monde, comme dans toute entreprise humaine.

    Ce tragique accident en révèle un, il y en a eu d’autres et il y en aura inévitablement d’autres.

    Raison de plus pour la hiérarchie politique – dans une armée de citoyens-soldats comme la nôtre – de garder les yeux ouverts et d’éliminer ou au moins de bloquer tous les aspirants-Rambo.

  • 2
    Bernard Erlicz

    Quel scandale, l’armée recrute aussi des militaristes?! Tout le monde sait pourtant que les meilleurs soldats sont les petits rats d’opéra de Paris… Après avoir interdit de Fête nationale les nationalistes, voilà qu’il faudrait interdire les militaristes dans l’armée.

    Pour trouver grâce aux yeux des « socialos », il faut être internationaliste, pacifiste et de gauche, tout ce qui est « national » ou de droite est forcément nuisible… L’ « ostracisation » par les médias et les biens pensants remplace (pour le moment) le goulag, mais le mode de pensée semble être le même: salir et détruire tout ce qui n’est pas conforme à l’idéologie de gauche.

    Les membres des « associations paramilitaires » comme vous dites, ne sont pas des « rambos », mais des citoyens qui s’engagent dans leurs fonctions militaires et veulent améliorer leurs compétences dans ce domaine.

    Je rappellerais juste qu’une des missions de l’armée c’est de faire la guerre, et qu’on ne la fait pas avec des enfants de choeur. Ces « rambos » que vous décriez tant sont des gens qui sacrifieraient leur vie pour défendre les « gentils civils » que vous êtes, alors un peu de respect!

    Si faire partie d’une association avec des gens partageant le même intérêt pour une activité est « sectaire », cela veut dire que les choeurs mixtes, les fanfares, les samaritains et j’en passe sont aussi des sectes. Très pertinent!

    Et si on parlait de la secte des journalistes désinformateurs et incompétents? Parce que prétendre comme vous le faite que ces groupements servent à « conforter chez ceux qui dirigent le plaisir de soumettre autrui à sa volonté (…) », c’est de la désinformation et de l’incompétence.

    Il y aura des cons, des incompétents et des inconscients dans l’armée aussi longtemps qu’on recrutera les militaires parmi les civils… Un peu comme dans le journalisme…

    L’officier en question a commis une grave erreur aux conséquences dramatiques, mais le vouer aux gémonies parce qu’il est militaire et militariste, c’est petit!

  • Je suis d’accord avec la réaction de ce jour sur votre article. C’est un peu démagogue vos propos. Le fait d’être pro-militaire et d’avoir l’esprit combattif n’est pas un mal en soi. Et heureusement qu’il y a encore des gens qui croient en l’armée et qui prenent leur rôle à coeur. Si justement dit, « on ne fait pas la guerre avec des enfants de choeur ». Pour protéger notre pays, il faut des soldats compétents et préparés et ce n’est pas en leur faisant suivre des camps de scouts qu’on va les rendre efficaces.

    Là où l’erreur est claire c’est dans la gestion des risques: oui aux excercices poussés et aux entraînements efficaces mais non à l’inconcience. Le vrai problème dans l’armée d’aujourd’hui c’est les engagés qui n’ont pas l’envie et les compétences d’être là! A quand une armée professionnelle avec des soldats engagés et motivés?! ABE

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP