Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Guérilla urbaine contre essai d’OGM en plein champ

Le vandalisme à but idéal n’existe pas. Même au nom d’une juste cause,
l’action directe, en force et masquée, demeure injustifiable

Les membres de la Coordination romande StopOGM et leurs homologues alémaniques regroupés sous le label SAG ne s’y sont pas trompés: ils ont condamné dès le lendemain, dans un communiqué, l’intervention destructrice de 35 individus portant cagoules sur le site de la station de recherche Agroscope de Zurich-Reckenholz, où se poursuit un essai en plein champ avec du blé transgénique.

Dûment autorisée par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), la dissémination expérimentale se fait sur une surface grillagée, protégée et télésurveillée de deux hectares, semés à fin mars dernier d’un blé génétiquement modifié en vue de résister au méchant oïdium des céréales.

Le tout se déroule dans le cadre du Programme national de recherche N°59, comprenant 27 projets sur «L’utilité et les risques des plantes génétiquement modifiées», pour un montant d’environ 8,5 millions de francs. Les travaux, menés dans plusieurs universités suisses, à l’EPFZ et dans différents instituts publics et bureaux privés, ont commencé en automne dernier et devraient s’achever au printemps 2011. Comme les résultats ne paraîtront pas avant l’été 2012, le Conseil fédéral demandera prochainement une prolongation du moratoire «pour une agriculture sans OGM», qui arrive à échéance à 2010.

Ce moratoire, on s’en souvient, a été instauré suite à l’approbation de l’initiative populaire «pour des aliments produits sans manipulations génétiques», acceptée le 27 novembre 2005 par 55,7% des citoyens et par tous les cantons.

Selon autorisation donnée par l’OFEV le 4 septembre 2007, des essais en plein champ devaient avoir lieu aussi au centre viticole du Caudoz à Pully. Mais leur réalisation y est suspendue en raison de recours reconnus valables, puisqu’émanant de personnes résidant à l’intérieur du périmètre d’un kilomètre autour du terrain.

En l’absence de telles procédures, la dissémination a en revanche eu lieu ce printemps à la station de Reckenholz, en plein quartier zurichois d’Affoltern, sous l’égide d’un «Consortium-blé.ch». Sont impliqués dans l’expérimentation en cours des chercheurs appartenant à l’Université cantonale et à l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich ainsi qu’aux stations de recherches de Reckenholz/ZH-Tänikon/TG et de Changins/VD-Wädenswil/ZH, en collaboration avec les universités de Bâle, Berne, Lausanne et Neuchâtel.

Des instances comme StopOGM ou le SAG alémanique, regroupant 25 organisations dont Greenpace, le WWF ou Pro Natura, ont toujours mis en cause des essais dont la pertinence leur paraît discutable et les risques non négligeables. Mais leur opposition s’est toujours manifestée dans le débat public et par la voie juridique, non sur le terrain. L’intervention violente des vandales de vendredi dernier, qui a donné lieu le jour même à cinq premières arrestations, semble répondre à d’autres motivations. Il s’agirait de protester «contre l’asservissement des agriculteurs, contre les multinationales dominantes et contre l’accoutumance aux aliments génétiquement modifiés». Une phraséologie qu’évitent soigneusement Les Faucheurs volontaires français, pour justifier leurs «arrachages légitimes». Et pour juger «exemplaire» le moratoire appliqué en Suisse, même si la politique de notre pays leur paraît moins rigoureuse en matière d’importations de produits alimentaires que de recherche expérimentale.

Or c’est justement en cela que le vandalisme est inacceptable: en détruisant une partie des plants de blé génétiquement modifiés, les cagoulés de Reckenholz empêchent de poursuivre des recherches dont le résultat devrait aider à prendre en connaissance de cause des décisions politiques durables. Et, qui sait, à trouver des alternatives aux OGM, du genre de celle que développe le professeur Cesare Gessler, qui enseigne la biologie intégrative à l’EPFZ, dont les modifications cis-géniques semblent prometteuses en matière de cultures fruitières.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9866
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9866 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Je ne suis pas du tout d’accord avec le raisonnement de Mme Jaggi, les preuves ont été données jusqu’à ce jour par les agissements de Monsanto et ses méthodes de corruption au plus haut niveau Politique ainsi que les agissement de Syngenta société Suisse qui n’hésite pas à faire évacuer des paysans de leurs terres et tuer les syndicalistes paysan par des milices, ceci afin de pouvoir faire ses essais d’OGM, dont les vrais résultats sont caché au public.

    Le niveau Politique Suisse est tout aussi noyauté et au plus haut niveau par l’industrie pharmaceutique et chimique.

    Quand des parlementaires mettent au Conseil Fédéral en toutes connaissance de cause des personnes qui ont trempé dans la pluparts des magouilles avec l’Afrique du Sud, la vente d’armements et de mines, les caisses maladies et l’industrie pharmaceutique, la farine animale, pour ne citer que quelques cas. Je me permets de penser que malheureusement il n’y a plus beaucoup d’espoir à avoir avec la majorité de nos élus.

    JCMo

  • Se permettre de penser, oui. Agir en vandales, non. Avec la réaction de JCMo, on sort du domaine des OGM pour entrer dans celui des redresseurs de tort et personnes amères ou blessées, tout aussi abusives intellectuellemnt que les firmes mentionnées qui essaient de faire leur « business as usual ». Quels que soit les torts de ces compagnies et le soi-disant noyautage de la politique suisse, je soutiens les seules mesures que sont l’usage de règles démocratiques et de la justice. Pas de révolution violente de la société mais une évolution, très lente c’est vrai, vers plus de justice et un respect, une prise en compte de tous les aspects, avantages et désavantages, sans saccage et sans anathème.

  • Un programme national semble sérieux. Or, quand on constate que le programme national d’évaluation des médecines complémentaires a été décapité peu avant ses conclusions, on a le droit de se demander si les-dits programmes ne sont pas des jouets aux mains de nos dirigeants!!!

  • « Le vandalisme à but idéal n’existe pas. Même au nom d’une juste cause, l’action directe, en force et masquée, demeure injustifiable ».

    Mais oui, bien sur, et au moment de lutter contre des ennemis beaucoup plus forts que vous à tous les niveaux, il faut continuer à distribuer des tracts, écrire des articles sur des sites internet sociaux-démocrates sans véritable audience et attendre que la population à majorité imbécile veuille bien comprendre les enjeux de nos jours et peu à peu tout s’arrangera.

    Désolé, je n’y crois pas, la lutte violentes a ses vertus, elle n’arrange pas tout mais a l’avantage de donner une bonne visibilité à certains thèmes.

    Je déteste cet angélisme qui nous fait stagner.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP