Mode lecture icon print Imprimer

Le congé sabbatique saboté

Pour les enseignants, un effet regrettable de la négociation sur la nouvelle grille salariale de l’Etat de Vaud

icone auteur icone calendrier 3 juin 2008 icone PDF DP 

Thématiques

La possibilité d’obtenir un congé sabbatique a été une des mesures compensatoires obtenues par les syndicats d’enseignants au moment de la mise en place de la nouvelle loi sur le personnel du canton de Vaud en 2001. Cette loi a généralisé la 5e semaine de vacances et la diminution d’une heure de travail pour tous les employés de l’Etat. Les enseignants n’étaient pas touchés par cette mesure générale. A titre compensatoire, un fonds de 3 millions de francs par année pour le financement de congés sabbatiques a été créé par la loi scolaire (art. 87a). Et ce lundi 2 juin, la Fédération des sociétés de fonctionnaires et l’Etat de Vaud annoncent leur accord sur la décision d’utiliser les 7 millions de francs actuellement dans le fonds pour atténuer, partiellement, les pertes engendrées pour beaucoup d’enseignants par la nouvelle grille salariale.

Le signal ainsi donné par les associations et syndicats d’enseignants est déplorable. On ne peut pas à la fois relever la complexité grandissante des conditions d’exercice du métier et, cinq ans seulement après la mise en place de ce fonds, proposer ou accepter de le vider de ses réserves. C’est d’autant moins acceptable que syndicats sont partie prenante du comité paritaire (réunissant trois représentants du département de la formation et de la jeunesse et trois représentants des syndicats et associations professionnelles d’enseignants) qui gère le fonds et attribue les congés, qui peuvent être de trois à six mois. Leur rôle devrait être de renforcer cette offre, et dans un premier temps d’analyser le fonctionnement et les processus de décision d’octroi de ces congés sabbatiques.

En effet, le fonds des congés sabbatiques, même modestement doté, n’épuise pas actuellement ses 3 mio annuels. Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, il a été mis en place dans une certaine confidentialité, par peur de le voir submergé de demandes alors que ses possibilités sont très limitées (entre 50 et 100 congés pourraient au maximum être attribués chaque année, pour un corps enseignant concerné qui compte environ 11’000 personnes).

Par ailleurs, les critères de recevabilité des demandes sont assez restrictifs. A première vue, l’éventail paraît large: le congé peut être consacré à un «ressourcement» ou à un «perfectionnement professionnel». Mais le ressourcement se limite à «des activités socio-éducatives, socio-culturelles ou humanitaires», et le perfectionnement professionnel ne peut comprendre que des activités «liées aux disciplines enseignées ou en pédagogie générale».

Il faut donc du temps pour qu’une telle offre trouve sa place. Il faut la faire connaître, donner des exemples aux enseignants, traiter les demandes avec ouverture – il peut être extrêmement «ressourçant» d’entreprendre une formation dans un autre domaine que celui de ses branches enseignées (séminaire d’anthropologie, d’histoire de l’art, d’économie, etc.). C’est à cela que devraient œuvrer les syndicats et associations professionnelles, dont une responsabilité première est de contribuer à la qualité du métier et de sa pratique, dans ses dimensions non uniquement financières.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9859
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9859 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Je suis décu de la démarche de la FSF, que je soutiens habituellement…

    Quel discrédit que d’aller grignoter les miettes de la cagnote des congés sabbatiques (droit déjà bien chiche face à ce qui a été perdu à l’époque…) pour faire passer la pilule de la nouvelle grille salariale!

    N’est-ce pas une manière implicite de reconnaître que l’Etat n’a effectivement pas les moyens de payer correctement ses employés?

  • Précisons que les deux véritables syndicats, c’est-à-dire SUD et le SSP s’opposent à cette mesure. Seule la fédération corporatiste FSF l’a proposée… Attention à ne pas mettre tout le monde dans le même sac.

Les commentaires sont fermés.