Mode lecture icon print Imprimer

Les vieux au travail, mais sans contrainte

Démographie oblige, la Suisse devra favoriser le maintien des seniors dans la vie active. Par exemple en réformant le deuxième pilier

icone auteur icone calendrier 25 mai 2008 icone PDF DP 

Thématiques

Un quart des Suisses quittent leur emploi avant 65 ans. Avant de relever l’âge de la retraite, mieux vaut inciter les seniors à rester actifs. Pas question, bien sûr, de nier l’influence de la démographie sur le système de sécurité sociale de tous les  pays industrialisés. Alors qu’en 1960 les plus de 65 ans ne représentaient que 8,5% de la population, le taux a grimpé aujourd’hui à 13,8 %. Il devrait dépasser 16 % demain, en 2020. Il y a toujours moins d’actifs pour financer les retraites. La Suisse ne fait pas exception à la règle, mais elle est bien placée en comparaison internationale. En France et en Allemagne, 60 % des seniors (55 à 64 ans) sont hors du marché du travail contre 35 % chez nous. Grâce à cette situation favorable, il n’est pas forcément indispensable de relever l’âge de la retraite en Suisse estime Fabio Bertozzi dans Les nouveaux défis de
l’Etat social
. Pour alléger les finances de la sécurité sociale, on peut agir  sur le nombre des personnes actives en favorisant le travail des femmes, la natalité et l’immigration (DP 1776).

Le maintien des seniors sur le marché du travail va dans la même direction. Mais il n’exige pas la contrainte de la retraite à 67 ans ou plus. Le marché du travail va lui-même procéder à certaines corrections. A cause de la faible natalité, toujours moins de jeunes entreront dans la vie active. La pénurie de main-d’œuvre nous guette. Le réflexe de renvoyer les vieux pour faire de la place aux jeunes, omniprésent dans les années 90, va s’atténuer. Mais il ne faut pas se borner à faire confiance au marché. La première urgence consiste à  réformer le fonctionnement du deuxième pilier. Pour la partie obligatoire, le prélèvement est de 7 % du salaire jusqu’à 34 ans. Il atteint 18 % dès 55 ans. Le senior coûte nettement plus cher à l’employeur qui préférera renvoyer un travailleur âgé et le remplacer par un jeune. La Suisse pourrait également s’inspirer de l’exemple de l’Union européenne qui interdit la discrimination à l’embauche en raison de l’âge. Conséquence la plus visible de ce combat, la disparition de nos journaux des nombreuses offres d’emploi du style «Vous avez entre 25 et 45 ans, votre compétence nous intéresse». Les services de l’emploi devraient aussi revoir leur fonctionnement et mettre l’accent sur  l’assistance aux vieux travailleurs abandonnés à leur sort et à une maigre retraite forcée.

En France, une propagande officielle massive vante les vertus et les compétences des travailleurs âgés. L’argent public s’investit pour changer les mentalités du public et des employeurs. La Suisse est étrangère à ce volontarisme d’Etat. Mais les organisations professionnelles qui revendiquent la fonction d’information et d’orientation des entreprises tardent à agir. Elles en sont encore à l’étude d’une campagne de sensibilisation

Un directeur de banque aurait largement la possibilité matérielle de prendre une retraite anticipée. Mais il s’accroche à son poste. A l’inverse celui dont le travail est physiquement pénible n’a pas les moyens de cesser son activité. Cette inégalité manifeste doit dicter toute décision incitative ou impérative sur le travail des seniors.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9850
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9850 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    AlanSky says:

    Si le prélèvement augmente au fil de l’avancement de l’âge du collaborateur, il semblerait souhaitable de le faire baisser graduellement à partir de 60 ans jusqu’à 70 ans.

    Il restera à faire estimer par des actuaires les effets d’une baisse de cotisatisation LPP pour les années travaillées entre 60 et 70 ans.

    Il est stratégique de pouvoir faire travailler des seniors et la cotisation LPP actuelle est bien un élément à charge.

Les commentaires sont fermés.