Mode lecture icon print Imprimer

L’OMC bouc émissaire

La réalité des négociations en cours (cycle de Doha) ne correspond pas à la caricature qu’on en fait

icone auteur icone calendrier 24 avril 2008 icone PDF DP 

Thématiques

Pour résoudre la crise alimentaire, il faut dessaisir l’OMC du dossier agricole et le confier à l’ONU. C’est ce qu’affirme péremptoirement un spécialiste français de l’agriculture (Le Temps 21 avril). Le libéralisme prôné par l’OMC aurait donc détruit l’agriculture vivrière du tiers monde et conduit sa population à la famine. Cette image caricaturale nécessite de sérieuses retouches.

Il y a d’abord une erreur historique. La diminution des cultures vivrières au profit du café ou de la banane est un phénomène vieux comme la colonisation, alors que l’amorce de libéralisation agricole de l’OMC n’a guère plus de 15 ans. Les taxes à la frontière ont été progressivement réduites de15%. La protection agricole, souvent très élevée, subsiste donc à 85%. En revanche les subventions à l’exportation pratiquées par les pays riches, qui leur permettent de déverser leurs excédents à bas prix dans le tiers monde, ont dû être diminuées de 36%.

La seconde étape de libéralisation est en négociation depuis sept ans. Après des décennies d’abaissement tarifaires pour les seuls produits manufacturés, la Nouvelle Zélande, le Brésil et autres pays agricoles exercent une forte pression sur les pays industriels pour obtenir à leur tour des avantages par un meilleur accès au marché pour leurs produits. On peut comprendre leurs exigences. Mais la négociation, dite de Doha, a posé d’emblée le principe d’un système de libéralisation différenciée, favorable aux pays du sud. Frappés durement par la crise alimentaire, ces pays ont aujourd’hui de solides  arguments pour faire triompher le principe de l’asymétrie des sacrifices. Ils peuvent réclamer le maintien d’une large protection de leur agriculture. D’autre part, il est déjà acquis que les aides à l’exportation des pays riches seraient totalement abolies. L’agriculture du tiers monde a donc un intérêt direct au succès des négociations sur le commerce international.

Un accord à l’OMC, même  idéalement  favorable aux pays les moins avancés, ne serait évidemment pas suffisant pour surmonter la crise alimentaire. Le programme alimentaire mondial de l’ONU  a besoin cette année d’une rallonge de 760 millions de dollars pour combattre la famine. La Banque mondiale  annonce qu’elle va réorienter son aide au développement vers l’agriculture largement délaissée ces dernières années. Il conviendrait  également de mettre sur pied des accords de stabilisation du cours des matières première du type de ceux envisagés par la CNUCED dans les années septante, mais qui ont mal fonctionné. Le dernier en date, celui sur le cacao,  est mort il y a six ans. Les lents mécanismes des organisations internationales se mettent donc en marche  pour résoudre la crise alimentaire. Mais faire de l’OMC le bouc émissaire des malheurs de la planète et l’exclure de la stratégie qui s’amorce ne ferait que de diminuer l’efficacité du combat contre la faim.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9824
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9824 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.