Mode lecture icon print Imprimer

Blocher de retour à Berne en passant par Schwyz ou Saint-Gall?

La loi permet à une personne qui n’était pas candidate d’être élue. Ce serait un comble que le populiste Blocher recoure à cette possiblité

icone auteur icone calendrier 19 décembre 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Peu après avoir accédé au Conseil fédéral, Christoph Blocher avait annoncé sa probable candidature au Conseil national pour octobre 2007. Aujourd’hui, il doit se mordre les doigts de ne pas avoir poursuivi son idée. A dater du 1er janvier 2008, le politicien zurichois sera absent du Palais fédéral pour la première fois depuis…28 ans.

Comme il l’évoquait lui-même dans l’émission Mise au point sur TSR dimanche 16 et comme DP y a fait allusion (DP 1760), le tribun de l’UDC pourrait retrouver le chemin de la Bundeshaus. Comment est-ce possible? Les règles sur l’élection du Conseil national le permettent. En effet, en cas de vacance d’un siège, il n’y a pas d’élection complémentaire: dans un système proportionnel, les sièges sont attribués à des partis. Un démissionnaire doit donc être remplacé par quelqu’un du même parti, sous peine de fausser la règle. C’est le principe des «viennent-ensuite»: le premier des suppléants – soit la candidate ou le candidat qui a obtenu le plus de suffrages – de la même liste est donc proclamé élu.

Une fois que la liste est épuisée, l’article 56 de la loi fédérale sur les droits politiques prévoit un «droit de présentation» en faveur des signataires qui ont cautionné la liste ou de la direction du parti cantonal qui l’a présentée. Autrement dit, la loi permet à une personne qui n’a pas été candidate d’être élue. Si tous les «viennent-ensuite» d’une liste renoncent à leur élection ou si la liste est épuisée, n’importe quel parti cantonal peut donc présenter la candidature de l’ex-conseiller fédéral: le domicile n’est pas une condition de l’éligibilité au Conseil national.

La réalisation de ce scénario suppose d’abord une démission d’un parlementaire UDC. Cela pourrait arriver à la faveur d’une élection au Conseil d’Etat. Par exemple, à Schwyz, Pirmin Schwander cèderait son siège au Conseil national en cas d’élection au gouvernement cantonal le printemps prochain. Il y aurait des perspectives analogues dans les cantons de Saint-Gall et de Thurgovie. Une démission «surprise» à Zurich ou Schaffhouse pourrait aussi provoquer une vacance.

Deuxième condition pour que Christoph Blocher retrouve le chemin de Berne: il faut  convaincre les éventuels «viennent-ensuite» de renoncer à leur mandat. Plus facile à réaliser dans des cantons de petite taille comme Schwyz ou Schaffhouse qu’à Zurich où pas moins de 22 suppléants, à commencer par le «minarets-phobe» Ulrich Schlüer, trépignent d’impatience. A cela s’ajoute que l’audace d’Eveline Widmer-Schlumpf, qui n’a pas cédé aux oukazes de la direction du parti, va sans doute faire tache d’huile.

Christoph Blocher n’a donc pas son billet de retour en poche. D’autant que pour un populiste, siéger à la Chambre du peuple sans avoir recueilli aucun suffrage serait un comble!

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9718
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9718 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    concordance says:

    Et le camarade Joseph, vous l’oubliez lui!
    Il vient de nul part, il va nul part, il nous coûte un maximum pour soutenir l’idéologie communiste.
    L’Etat est cette grande fiction sociale à travers laquelle chacun essaie de vivre aux dépens de tous les autres.
    Le communiste bénéficie toujours de l’impuissance du souvenir.

  • Belle analyse et merci beaucoup. Cependant, je ne crois pas que M. Blocher reculerait même devant le fait de n’avoir recueilli aucun suffrage… son immense ego n’en a cure!

    Une brèche ou une pression forte y suffirait. Par contre, il me semble qu’il aurait du mal, à part pour ces camarades UDC, à rallier la chambre du peuple à ses idées.

    Je reste confiant que la majorité qui n’a pas voté pour lui et la majorité du parlement qui n’a plus envie de travailler avec lui fassent la différence.

    Un peu hors sujet, je pense également que le regain de personnes qui s’affilient à l’UDC ces derniers temps, et qui peut inquiéter certains, ne fera pas forcément le long terme, pour la plupart elles semblent plus faire partie des « profiteurs d’un problème » pour grossir les rangs, en fait des « chic, il y aura de la bagarre ». Je doute donc que cela amène beaucoup d’eau au moulin de M. Blocher.

    «Blocher II – Le retour», c’est possible, mais pas forcément ticket gagnant !

  • 3
    Alex Dépraz says:

    @concordance:

    Je n’oublie pas Josef Zisyadis. A la différence du cas évoqué dans l’article, Josef Zisyadis s’est toutefois présenté aux suffrages des électeurs et était le candidat ayant obtenu le plus de suffrage sur la liste après la candidate élue. On aurait pu aussi mentionner que des candidats qui n’ont pas vraiment l’intention de siéger se présentent fréquemment tout au moins aux niveaux cantonal et communal (ex. de personnes se présentant à l’exécutif et au législatif).

    @elzing

    En effet. D’ailleurs, il n’y était pas parvenu en 24 ans de présence au Conseil national.

Les commentaires sont fermés.