Mode lecture icon print Imprimer

L’heure d’été contre notre horloge biologique

Ce sont les horaires de travail qu’il faut adapter aux saisons

icone auteur icone calendrier 26 octobre 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Dimanche prochain, nous récupérerons l’heure qui nous a été dérobée en mars, avec la mise en vigueur de l’heure d’été. Comme chaque année depuis 1981 puisque, malgré un refus en votation populaire, la Suisse a dû s’aligner sur la règle internationale.

«Pas de quoi fouetter un chat», diront les uns. Alors que les autres se réjouiront de ne plus devoir se lever avant le jour. Etrangement, l’impact sur l’être humain de cette manipulation de l’horloge, qui concerne tout de même un quart de la population de la planète, n’a jusqu’ici guère intéressé le monde scientifique. Or maintenant on le sait: cette petite heure de décalage perturbe durablement notre horloge interne qui, elle, reste alignée sur le soleil. Deux chronobiologistes de réputation mondiale, Till Roenneberg de l’Université de Munich et Anna Wirz-Justice de l’Université de Bâle, ont montré que ce décalage peut influencer l’humeur, l’attention et même la fertilité. Ce jetlag social touche particulièrement les jeunes.

La mesure fût justifiée par les économies d’énergie. Mais alors pourquoi ne pas tout simplement modifier les horaires de travail en fonction de la luminosité, plus tôt en été, plus tard en hiver?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9665
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9665 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • supprimons donc cette inutilité qui en plus d’être malsaine est certainement couteuse. a l’époque les partisans de l’heure d’été disaient que cette démarche se justifiait par une économie d’énergie, or actuellement il est prouvé que ce n’est pas le cas. soyons donc logiques supprimons donc ce changement d’heure qui ne rapporte que des ennuis.

    nous serons ainsi pour une fois en avance sur nos voisins européen!!!

  • Bravo, enfin quelqu’un qui réagit. Cela fait bien longtemps que je râle contre cette aberration, en tant que maman je trouve complètement ridicule quand on arrive aux heures d’été de mettre les enfants au lit alors qu’il fait encore jour dehors… Ils ne veulent évidemment pas aller dormir quand le soleil brille encore, c’est contre nature!

    Dans un pays ou l’on manque passablement de lumière et ou l’on sait que cela influe sur le moral, je ne comprends pas que quand l’on arrive enfin au début du primtemps, et ou l’on prend plaisir à se mettre en route avec la lumière du jour on nous l’enlève, on a l’impression de retourner en hivers ! Cela engendre une grande fatigue sur notre corps en sus de celle engendrée par le changement de saison.

    Vraiment contre ce passage à l’heure d’été, je suis! nNen déplaise aux travailleurs qui disent pouvoir profiter d’une heure sup. de soleil et d’aller (après le travail) à la piscine en été.

    Dans ce cas l’on a qu’à changer les horaires dans les entreprises, si cela s’avère possible que cela soit fait à la carte, selon les besoins réels de l’entreprise…Mais c’est un autre sujet !

Les commentaires sont fermés.