Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

En finir avec la politique des amuse-bouche

Pour refonder la concordance, le PS doit sortir de l’ambiguïté

On ne fait pas une politique avec des décimales. Pourtant les variations d’un sondage – tel celui de la SSR sur les intentions de vote aux prochaines élections nationales – suffisent, infinitésimales, pour faire monter une mousse médiatique. Donc, apprend-on, le PDC précéderait désormais le Parti radical de 0,3%. Cela lui vaudrait une médaille de bronze, un podium, et deux conseillers fédéraux. En 2007 déjà? Mais Pascal Couchepin est si près de sa retraite naturelle, qui interviendra après sa seconde présidence! Ainsi coulent les heures d’antenne et s’alimentent les forum-feuilletons.

L’exercice toutefois repose sur un postulat, celui de l’application rigoureuse de la proportionnelle à la composition du Conseil fédéral. Selon cette règle, l’UDC et le PS, qui représentent chacun plus de 20% du corps électoral, ont droit arithmétiquement à deux sièges. Avec 15% chacun, le PRD et le PDC sont assurés d’un siège — mais à qui le septième? D’où l’importance des décimales.

Or l’enjeu, politique et non mathématique, est celui de la reconduction de Christoph Blocher. Il donne à ces élections un caractère unique, jamais vu jusqu’ici. Inutile de le regretter et de demander qu’on parle aussi d’autre chose. L’épreuve est engagée, le terrain connu, les armes choisies. Il y aura un vainqueur et un vaincu. Le duel exclut le match nul.

Sans argumenter plus longuement (voir le réquisitoire d’Yvette Jaggi et de François Cherix), disons qu’un magistrat qui fait de sa réélection un chantage (si je ne suis pas réélu, je serai dangereux) est disqualifié pour appartenir à un gouvernement de concordance. La formule «c’est moi ou le chaos» n’est pas traduisible en suisse.

Dans cet affrontement, la responsabilité du parti socialiste est première. Qu’il mette fin à la politique des amuse-bouche! Prétendre arbitrer, au vu des résultats, l’attribution du septième siège entre radicaux et PDC est incompréhensible. Premièrement, c’est ne pas contester les sièges UDC, dont celui de Blocher. Deuxièmement, c’est inquiéter les radicaux en les poussant à chercher appui sur leur droite. Troisièmement, c’est faire peser une menace sur Pascal Couchepin qui a eu le courage de dire à haute voix ce qu’il pensait du culte du chef à l’italienne.

Que le PS annonce clairement qu’il place l’éthique politique et l’esprit de concordance avant l’application automatique de la proportionnelle.

Le deuxième siège PDC, il est à prendre à l’UDC. C’est celui de Christoph Blocher précisément. Lors de cette élection, la cinquième de la matinée selon la règle en vigueur de l’ancienneté, il serait vain de disperser les voix pour que le conseiller fédéral sortant n’obtienne pas au premier et au deuxième tour la majorité absolue. Vain aussi de chercher je ne sais quel UDC prêt à affronter le désaveu de son propre parti. Il conviendra d’élire un homme, une femme, dont l’autorité est reconnue et qui a le format, les qualités, le courage d’être le porteur de ce qu’il faut appeler la nouvelle concordance. Inutile aujourd’hui de donner des noms. Mais il en est qui correspondent à ce profil.

Il peut paraître prématuré de composer, avant les élections nationales, le Conseil fédéral. Mais la partie a déjà commencé. Le premier dispositif doit être mis en place. Il passe par une clarification du parti socialiste. Qu’il dise clairement que le deuxième siège PDC est à prendre (reprendre) à l’UDC. Qu’il lance la «refondation de la concordance».

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9632
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9632 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Je partage entièrement votre avis sur la question.
    Elle va d’ailleurs dans le sens d’un de mes billets sur le sujet:
    Parti socialiste suisse : la politique du pire?

    Mais de votre part, c’est nettement mieux formalisé.

  • A propos: ne devrait-on pas porter au niveau national l’initiative d’Ada Marra et inviter tous les candidats à se prononcer sur leur intention de réélire ou non Blocher? Ce serait un critère majeur pour les électeurs estomaqués par le ménage de ce « magistrat », insultant pour la démocratie suisse.
    R. Levy

  • Oui, nous avons vraiment besoin d’un PS qui ait une attitude claire!

    Il est inconcevable d’accepter que le PS joue l’UDC contre les candidats plus modérés radicaux, cela irait à contresens de tout de qui a été dit sur Blocher, ses mensonges, son irrespect de la constitution, des institutions et des moeurs politiques. Cela serait aussi une façon d’entériner le chantage du maître de l’UDC…

    Mais nous devons aussi poser une question majeure : « La Suisse fonctionne-t-elle avec un système pouvoir-opposition (avec alternance) ou avec un système de concordance basé sur la coalition? »

    Depuis 4 ans, nous jouons les deux jeux à la fois alors qu’ils sont contradictoires. C’est d’ailleurs ce qui permet à Blocher de se poser en « victime », de faire croire que certaines décisions sont prises grâce à la gauche (alors qu’elle est minoritaire) et de récolter plus d’un tiers des voix des électeurs aux plus bas revenus. L’ambiguité, il s’en sert…

    Personnellement, je considère comme INSUPPORTABLE l’idée de voir le PS continuer à gouverner en coalition avec ce chef de parti qui utilise la démocratie comme un paillasson !

  • Reprendre un siège à l'UDC, bien sûr. Cela semble plus facile que de leur reprendre des voix... 

    Et je ne vois pas comment on peut parler de "concordance" si un parti qui reçoit le vote d'un suisse sur trois ne dispose que d'un seul siège au conseil fédéral?

    Du coup, la vraie question devient: veut-on conserver la concordance ou veut-on rentrer dans un régime d'alternance?

    En ce qui me concerne je pense que les partis de la droite modérée (PDC, radicaux) feraient bien de ne plus se laisser aspirer de plus en plus à droite par l'UDC (comme lors des votations du 24 septembre dernier, par exemple) s'ils ne veulent pas devenir insignifiants.

    Et les socialistes devraient peut-être eux aussi proposer des politiques de gauche (si, si, vous vous souvenez...la solidarité sociale et le soutien aux plus démunis, par exemple) plutôt que de n'avoir pour tout programme que l'invective anti-Blocher... ou pire encore la reprise masquée de ses thèses (les cours de langues obligatoires pour les étrangers, par exemple)

    Mais je rêve, sans doute...

    Il est plus facile d'éjecter Blocher du Conseil Fédéral que de combattre ses idées qui... que disait Patrice Mugny déjà? Ah! Oui! Ses idées qui puent!
  • Enfin une proposition claire et juste. Puissent les élus socialistes avoir l’acouet de l’appliquer.

    R. Lecoultre

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP