Mode lecture icon print Imprimer

Télévision: «Arrêt sur images» va rebondir sur le net

La seule émission de critique des images a disparu des écrans d’une télévision incapable d’autocritique

icone auteur icone calendrier 12 septembre 2007 icone PDF DP 

Thématiques

La critique des textes, nous connaissons. Beaucoup d’entre nous savent décrypter un message publicitaire, un argumentaire politique ou déceler l’orientation du papier « objectif » d’un journaliste. La méfiance et la distance sont devenus monnaie courante face à l’écrit. Il n’en va pas du tout de même face à l’image et encore moins face à l’image télévisée. Comment analyser une image? Comment sont-elles choisies, montées, commentées? Qu’est-ce que le hors champ ? Que cache-t-il ? L’exemple le plus typique est celui du candidat à une élection importante dans n’importe quel grand pays européen. On le voit marcher en bottes, solitaire dans un champ… mais on ne voit pas les dix agents de sécurité, les vingt cameramen, les dizaines de journalistes, les cars qui les ont amenés et les voitures, voire l’hélicoptère du candidat !

Ce travail indispensable d’analyse, une seule émission l’effectuait dans l’espace francophone. Arrêt sur images, diffusé sur France 5, produite et animée par Daniel Schneidermann, ancien responsable du supplément radio/TV du Monde et aujourd’hui chroniqueur à Libération. Pour d’obscures raisons ou peut-être pas si obscures que cela – Arrêt sur images gênait beaucoup -, l’émission a été supprimé malgré une pétition qui a recueilli le chiffre considérable de plus de 185’000 signatures. Daniel Schneidermann a fait le tour des TV de langue française et n’a été accueilli nulle part. La TSR n’en a pas voulu non plus.

Aujourd’hui, Daniel Schneidermann prépare une renaissance de l’émission sur Internet uniquement, quelque part en 2008. Le pari est risqué et très loin d’être gagné, d’autant qu’il s’agira d’un site payant, réservé aux abonnés. Malgré l’apparition ici ou là de médiateurs, la presse écrite n’aime guère faire son autocritique et la télévision pas du tout. La disparition d’Arrêt sur images marque incontestablement un recul de l’information pour l’ensemble des téléspectateurs francophones.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9625
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9625 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.