Mode lecture icon print Imprimer

Le rationnement des soins n’est pas une fatalité

Notre incapacité à réformer les structures du système de santé débouche sur un rationnement des soins au cas par cas.

icone auteur icone calendrier 3 septembre 2007 icone PDF DP 

Thématiques

En Suisse, le rationnement des soins est une réalité. L’Académie suisse des sciences médicales l’affirme dans un récent rapport. Elle réclame dès lors un débat public et des critères transparents auxquels le personnel soignant puisse se référer.

Le problème n’est pas nouveau. En 1999 déjà, à la suite du refus d’un hôpital d’administrer un traitement extrêmement coûteux – entre 500’000 et un million de francs – à un ancien conseiller fédéral, la discussion fût vive dans les médias. La Fédération des médecins suisses demandait des règles claires. Pour Hans Heinrich Brunner, son président à l’époque, le dilemme auquel sont confrontés les thérapeutes – tout faire pour le bien des patients et assumer les conséquences d’une limitation des moyens – est insupportable.

Pourtant lignes directrices et établissement de priorités font toujours défaut. Le personnel soignant est contraint de pratiquer un rationnement des soins au cas par cas et dans la plus grande discrétion. Dans les départements hospitaliers de soins intensifs, le nombre limité de lits et d’effectifs impose des arbitrages. Et la venue sur le marché de médicaments et de traitements sophistiqués toujours plus onéreux va encore aggraver ce rationnement implicite.

Les soignants ont raison d’exiger un débat public et des décisions politiques pour éviter l’arbitraire et un traitement inégalitaire basé sur l’âge ou la situation financière. Mais ce débat nécessaire ne doit pas cacher le gaspillage important qui règne dans le secteur de la santé. Là, c’est une opération de rationalisation qui s’impose, tant au niveau hospitalier que dans le secteur ambulatoire : baisse du nombre trop élevé d’hôpitaux et de lits, recours systématique aux médicaments génériques, de manière générale promotion d’une médecine basée sur des évidences et non pas sur l’usage inconsidéré de toutes les thérapies possibles. Plusieurs experts évaluent le potentiel d’économies à 20% des dépenses de santé, à prestations d’égale efficacité. Les ressources ainsi économisées permettraient d’améliorer la qualité des prestations. Mais rationaliser implique de s’attaquer aux structures d’un système de santé dans lequel trop d’acteurs ne sont pas incités à faire un usage économe des moyens disponibles. Le risque existe que le rationnement s’impose à cause de notre incapacité à changer ces structures.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9619
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9619 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.