Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Etranges étrangers


L’UDC bâtit son discours sur un terme – « étrangers » – qui n’a plus de sens.

Le mots ne sont pas innocents. Au début des années 70, lors des premières initiatives Schwarzenbach, il était question, en français du moins, de « surpopulation étrangère ». L’accent était mis, non pas sur des individus particuliers, mais sur une masse anonyme en provenance d’un sud proche, l’Italie surtout, puis l’Espagne. Dans les années 80 et 90, le vocabulaire politique de l’extrême droite parlait surtout de « l’immigration », manière là aussi de transformer des personnes réelles en abstraction statistique.

La progression des euphémismes et du politiquement correct a rendu de plus en plus difficile la désignation directe de celui qui vient d’ailleurs comme la source de tous les maux. On s’en est donc pris de manière indirecte aux naturalisations et aux délinquants basanés et plus ou moins colorés. Et maintenant, dans un grand élan vertueux, Christoph Blocher veut construire une politique d’intégration des  étrangers . Voilà donc les individus clairement désignés, sauf que ce mot. « étranger » n’a rien d’innocent.

Dans la vision de l’UDC, l’étranger ne désigne certainement pas les infirmières françaises ou québécoises qui nous soignent dans les hôpitaux, pas plus que les cadres anglo-saxons des multinationales, ni sans doute les Allemands qui s’installent en Suisse alémanique et encore moins les secundos, comme on dit Outre-Sarine, qui sont loin de tous avoir un passeport suisse. Et il n’y a pas eu besoin d’une politique de l’intégration pour que les « boat people » vietnamien des années 60 et 70, les tamouls chassés par la guerre du Sri Lanka ou les Equatoriennes qui font les ménages des bobos trouvent peu à peu leur niche et s’installent sans heurts.

Lorsque l’UDC parle des étrangers, il s’agit bien sûr avant tout des balkaniques et des africains, cibles désormais de la xénophobie ordinaire. En fait sous couvert d’un terme neutre – étranger – et d’une idée que tout le monde défend – l’intégration -, une fois de plus il s’agit de désigner, de montrer du doigt et de créer des catégories, mais sans le dire vraiment.

Cela n’ôte rie au caractère indispensable des efforts d’intégration, mais ces derniers ne concernent que certaines catégories de la population étrangère : pensons aux femmes de milieux modestes en provenance de pays de culture musulmane, souvent confinées chez elles et dont la situation est parfois dramatique. Mais, arrêtons de parler des « étrangers », généralisation hypocrite et dépourvu de sens.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9614
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9614 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Le racisme ordinaire…On y met du levain et on espere faire ceuillette. L’UDC nous fatigue a racler les fonds de tirroir rassis.

  • Si seulement le troisième paragraphe de cet article était entièrement vrai!Mais, il y a un an à peine, on a vu à Genève des affiches comparant le nombre de chômeurs à Genève avec le nombre de frontaliers, soulignant le nombre de ceux-ci engagés par l’Etat de Genève … Donc les infirmières françaises ou d’autres nationalités habitant sur l’Ain et la Haute-Savoie devaient bien être comprises dans ces chiffres. Ce type d' »équations » a été utilisés par la propagande nazie (comme le rappelle – pour quelques temps encore – une exposition grenobloise: « Rester libres ! »).

  • …Merci Monsieur Guyaz pour votre article si clair,osé et surtout très actuel…

  • Tout cela est bel et bon, et m’a rendu attentif à des aspects auxquels je ne pensais pas. La question suivante est:Y a-t-il une chance de ne pas prêcher que les convertis? Y a-t-il un moyen de transmettre ce genre d’information sans donner l’impression qu’on est des bobos éloignés du sentiment d’insécurité du peuple, que ce sentiment soit fondé ou non? Que faire quand la réalité est politiquement incorrecte? Que les statistiques montrent que certains crimes (viols) sont plus souvent commis par des ressortissants de telles cultures? En tant que gai, dois-je prôner le respect ou l’indifférence à l’égard des éléments machistes et homophobes de certaines cultures?

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP