Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Le nouveau Journal de Genève

Une lettre hebdomadaire intéressante à la recherche de son modèle économique

La onzième Lettre hebdomadaire du Journal de Genève et Gazette de Lausanne est  datée du 29 juin. Pour reprendre la terminologie du Guide Vert, elle mérite le détour.  Sous le titre «Zurich veut s’offrir la tête de L’Hebdo», on apprend que Markus Gisler, fondateur en 1989  de Cash, regrette la disparition de cet hebdomadaire non rentable. Il se demande pourquoi Ringier ne fait pas de même pour L’Hebdo qui perd de l’argent depuis 2002. Et bon nombre de journalistes alémaniques pensent comme lui.

Le ton est donné. La lettre entend  publier ce que tait la grande presse. Son responsable, Christian Campiche, journaliste reconnu dans la profession, entend mener avec rigueur une information indépendante des pressions économiques en couvrant le large spectre d’intérêts qui était celui du Journal de Genève et Gazette de Lausanne. La onzième lettre épingle les Verts vaudois sponsorisés par l’économie. Elle raille la rédactrice en chef d’un magazine pour adolescente qui ne veut s’intéresser qu’au maquillage, à la mode et aux potins de stars. Une revue de presse du Times of India nous montre comment le quotidien gouvernemental de New Delhi voit l’actualité internationale. Vision largement  décalée par rapport à la presse européenne.

Le site Internet www.journaldegeneve.ch et www.gazettedelausanne.ch décrit la genèse et le fonctionnement cette nouvelle publication. Elle est éditée par l’Association des amis des défunts quotidiens et distribuée exclusivement par abonnement. Mais, à l’échéance du délai hebdomadaire, la lettre est publiée sur le site.
 
Le produit est bon. Reste à prouver que son montage financier est adéquat. L’abonnement annuel coûte 750 francs. Les étudiants et journalistes jouissent d’un tarif préférentiel de 250 francs. Si les quelque 650 Amis de l’association acceptaient de mettre la main au porte-monnaie, le budget serait plus que largement suffisant pour financer les coûts: un équivalent plein temps de journaliste, des piges et les frais d’impression et d’administration. Mais l’amitié ne va pas toujours jusqu’à 750 francs. Le mode de financement pourrait connaître de rapides retouches.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9577
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9577 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Guillaume Barry

    A 17 ans, je suis devenu devenu un inconditionnel du JdGGL. Après sa disparition, pendant 6 ans, j’ai versé 20.- à l’association des amis inconsolables, pour signifier ma reconnaissance et mon attachement à une institution que je croyais à tout jamais défunte. Mais, en 2005, le fondateur président des Amis fut dans le comité du Non au partenariat enregistré. Certes, cela pouvait passer pour une marque d’indépendance d’esprit et de refus du politiquement correct, mais c’était aussi s’acoquiner avec des gens dont l’esprit fondamentaliste n’était pas celui du Journal modèle de libéralisme. J’ai démissionné – peut-être que la nouvelle publication hebdomadaire me donnera tort.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP