Mode lecture icon print Imprimer

Huile de colza: une réussite menacée de l’agriculture suisse

Quand le secteur primaire s’adapte aux besoins des « bobos », c’est aussi bon pour le paysage

icone auteur icone calendrier 20 juin 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Les fromages sont  en général considérés comme les produits phare de l’agriculture suisse. Et si l’on parlait de l’huile de colza? Au XIXe siècle, elle était utilisée comme combustible pour les lampes à huile, mais son goût et son odeur la rendait impropre à l’alimentation. En 1940, la surface cultivée en Suisse était de 38 hectares. De nouvelles variétés ont été sélectionnées, privées de l’acide érucique qui donnait à cette huile un goût très amer. Les spécialistes de la nutrition ont découvert qu’elle était le seul produit végétal à contenir un acide gras poly-insaturé (oméga-3) qui joue un rôle dans la synthèse de substances actives pour  la régulation des fonctions cardio-vasculaires et immunitaires. La culture du colza occupe aujourd’hui plus de 20’000 hectares et les surfaces cultivées ont augmentées de 20% depuis l’an 2000.

Comme chaque année, la fédération suisse des producteurs de céréales et les huileries se sont entendues sur les quantités à produire, les conditions de prise en charge et le schéma des prix. Bel exemple d’économie administrée et verrouillée, direz-vous. Les frais de transformation seront abaissés de 3,5%, les coûts de commercialisation diminueront également. Il est vrai que chaque année ou presque et ce sera encore le cas au 1er juillet  2007, les taxes à l’importation des oléagineux sont abaissées par l’office fédéral de l’agriculture. La filière du colza doit s’adapter en permanence, ce qui n’est bien sûr pas forcément négatif.

Mais le colza est une culture très «technique», bien adapté à nos terrains et à notre climat, très intéressante du point de vue de la préservation des sols, avec des perspectives intéressantes non seulement dans l’alimentation, mais également dans la production énergétique et, ce qui ne gâche rien, donnant une superbe allure aux paysages de nos campagnes lors de la floraison  printanière.

Il appartiendra en définitive aux consommateurs de faire la différence entre l’huile importée et celle répondant aux exigences du label de production «Suisse garantie» qu’appliquent nos agriculteurs en ce qui concerne les PER (prestations écologiques requises), l’absence d’OGM et  l’utilisation de semences certifiées.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9558
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9558 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Jean-Daniel Delley says:

    L’huile de colza helvétique ne mérite pas une flambée de patriotisme de la part des consommateurs. Le label « Suisse garantie » camoufle un produit cultivé de manière traditionnelle, au sens péjoratif du terme. Dans les grandes surfaces, les huiles bio sont d’origine étrangère. Oui, la filière colza doit s’adapter et offrir une huile de qualité supérieure. Les consommateurs savent très bien faire la différence. Aujourd’hui hélas c’est au détriment de la production indigène.

Les commentaires sont fermés.