Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Demain, on pollue gratis

Quand le parti libéral suisse fait de l’écologie en négligeant l’économie

Pas de chance pour les libéraux: non seulement ils doivent se débattre avec leur aile verte, mais ils ratent encore leur effet d’annonce de chantre de la protection de l’environnement pour cause de collision avec l’actualité.

C’est le 1er juin que le parti libéral a choisi de présenter son Pacte pour l’environnement. Une liste d’actions qu’on croit sorties d’un programme vieux d’au moins 10 ans, comme des bilans énergétiques gratuits, des incitations fiscales, des améliorations de la qualité des transports publics. Avec en prime un long préambule et un esprit qui transpire de tout le document: surtout, pas d’obligations, pas de contraintes, pas de taxes supplémentaires. Et comme s’ils étaient eux-mêmes conscients du manque de contenu de leurs propositions, ils évitent de s’en vanter. Il faut aller chercher dans la rubrique « Qui sommes nous? » de leur site Internet pour trouver trace de ce document, d’ailleurs sans explication sur son statut.

Manque de chance, il y a une semaine, l’Office fédéral de la statistique publiait Transports et mobilité. Et le jour même, c’était l’Office fédéral de l’environnement qui tirait un bilan mitigé de la protection de l’environnement en Suisse. Avec un constat parfaitement concordant entre les deux offices: des actions sont entreprises, et des résultats encourageants sont enregistrés, preuve des possibilités d’améliorer une situation préoccupante. Ainsi, la consommation de carburant des véhicules diminue et nos appareils sont plus performants. Mais ces améliorations ont servi à augmenter notre confort, non à diminuer la pression sur l’environnement: plus de monde se déplace davantage dans des véhicules plus grands, plus grands également nos frigos et les écrans  que nous possédons en plus grand nombre. Résultat, le bilan global est décevant, quand il n’est pas franchement négatif. Et les seuls domaines où des améliorations concrètes sont constatées sont ceux dans lesquels l’Etat s’est montré actif en édictant des normes contraignantes (pollution de l’air, des eaux et des sols) ou en étant lui-même acteur (valorisation des déchets). Des résultats insuffisants par contre là où l’on a compté essentiellement sur les effets incitatifs (gaz à effet de serre, précurseurs d’ozone, poussières fines, smog estival).

Peut-on se contenter, face à cette situation, comme le fait le parti libéral, de prôner la responsabilité individuelle? Certainement pas, surtout quand les mesures incitatives ont pour effet d’appauvrir l’Etat. Car les libéraux souhaitent récompenser les attitudes adéquates par des réductions d’impôt ou offrir des prestations supplémentaires gratuites, comme les bilans énergétiques.

Pourquoi ne pas aller au bout du raisonnement: ce que l’Etat perd d’un côté – le coût des mesures incitatives – il faut bien qu’il le récupère de l’autre – par exemple en taxant les comportements inadéquats. Mais même cette approche équilibrée n’est pas viable à long terme et ne peut être que transitoire. Car en diminuant le prix de ce qui pollue moins, on en favorise également un usage accru, tout de même polluant. Et en acceptant de participer au financement des économies d’énergie par des baisses d’impôt, par exemple dans les bâtiments, on mutualise les coûts, mais on privatise les bénéfices de l’opération à long terme, les économies faites sur l’achat d’énergie ne profitant qu’au propriétaire. Une attitude économiquement indéfendable.

On se souvient que la droite a longtemps fait la leçon aux défenseurs de l’environnement: apprenez à concilier économie et écologie. On peut aujourd’hui leur retourner cette exigence: tous les indicateurs montrent que le domaine de l’écologie est économiquement parmi les plus porteurs. Une chance pour la Suisse, pays de haute technologie. En adoptant des normes exigeantes et en se fixant des objectifs ambitieux, notre pays favoriserait l’innovation et s’assurerait des revenus dans un secteur d’avenir.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9539
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9539 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP