Mode lecture icon print Imprimer

Le gouvernement cultive l’art du surplace

Plutôt que de réorganiser les départements, on pourrait les supprimer

Les dernières rocades entre départements datent de dix ans déjà. Le mammouth département de l’intérieur fût allégé de la protection de l’environnement au profit d’un nouveau mammouth, celui des transports, de l’énergie et des communications. Quant au département de la défense, le Conseil fédéral lui adjoignit les sports, cadeau de consolation à Adolf Ogi, exilé chez les militaires.

Depuis, le Parlement a demandé à de multiples reprises que soient réunies sous un même toit la formation et la recherche d’une part, la sécurité civile et militaire d’autre part. En vain. Le gouvernement, dès lors qu’il s’agit de modifier son mode de fonctionnement ou de bouger les frontières départementales, se réfugie dans l’immobilisme. Au vu des résultats de sa dernière séance au vert, le Conseil fédéral s’est juste offert une pause printanière. Examiner, étudier et fixer un nouveau délai pour décider: on connaît la chanson.

Plutôt que de trépigner d’impatience, le Parlement doit maintenant prendre la main en retirant au gouvernement la compétence que lui confère la loi sur l’organisation du gouvernement et de l’administration (LOGA). Les conseillers fédéraux sont personnellement trop impliqués – volonté de pouvoir, défense de leur territoire – pour procéder à une réorganisation digne de ce nom.

Cette réorganisation ne constitue d’ailleurs qu’un des volets qu’exigerait la nécessaire réforme du gouvernement. Les dossiers de la composition de l’exécutif – neuf membres ou des ministres adjoints – et du renforcement de la présidence sommeillent eux aussi.

Pourquoi ne pas oser un pas significatif et adapté à la gestion d’un Etat moderne, la gestion par dossier. Les magistrats se répartiraient les dossiers – seuls ou en délégations – et non les territoires administratifs, les départements. Ils pourraient recourir à tous les services administratifs nécessaires à la gestion de ces dossiers. On éviterait ainsi les guerres de tranchées. Et la collaboration entre administrations ne serait plus freinée par un cloisonnement artificiel ne profitant qu’à l’ego des magistrats.

A consulter

Un dossier sur la réforme du gouvernement, avec les précédents articles de DP

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9532
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9532 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.