Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La concordance à la carte des radicaux

Le parti de Fulvio Pelli propose le « speedy dating » à ses partenaires gouvernementaux

Les radicaux sont à la peine, leurs résultats électoraux dans les cantons ainsi que des récents sondages en témoignent. Aussi doivent-ils à tout prix manifester leur existence par des propositions originales et attractives.

Misant sur une possible lassitude de l’opinion à l’égard de la polarisation politique, le parti radical (PRD) invite ses partenaires gouvernementaux à un exercice concret de concordance: à chacun des trois autres partis, il propose trois dossiers sur lesquels il pense qu’une entente bilatérale est possible.

Sur le principe de la concordance, les radicaux n’inventent rien. C’est ainsi que la Suisse fonctionne depuis plusieurs décennies. Non par vertu, mais par nécessité. Aucun parti ne peut prétendre dicter sa loi. Seules des solutions de compromis sont susceptibles de passer la rampe parlementaire et populaire.

Depuis les années 70, les difficultés budgétaires et une croissance économique affaiblie ont rendu plus difficile cette recherche de compromis: quand le gâteau cesse de grandir ou seulement modestement, la lutte pour le partage devient plus âpre. Puis la montée en puissance de l’UDC a encore péjorer la situation, ce parti préférant faire la preuve de son intransigeance que négocier des solutions.

Lorsqu’ils s’adressent tout à tour à leurs partenaires, les radicaux reconnaissent à juste titre l’impossibilité d’un programme commun à tous les partis gouvernementaux. Les alliances changent selon les dossiers, même si en fait domine la constellation bourgeoise. Par contre le PRD est fâché avec l’arithmétique: l’appui d’un seul autre parti ne suffit pas à constituer une majorité au Parlement. Il lui faut pour cela un troisième larron.

Il commet une erreur plus grave encore. La concordance ne se décrète pas, elle se construit. Avant les élections, citoyennes et citoyens attendent des partis qu’ils exposent chacun leur programme, leurs priorités. Les élections manifesteront les préférences pondérées du souverain. Et c’est ensuite seulement que commence la recherche de compromis, lorsque concrètement les dossiers sont examinés, non dans les états-majors, mais dans le travail en commission. Les radicaux mettent la charrue avant les bœufs.

Avec cette proposition de concordance à la carte, le PRD se positionne comme un parti charnière. Sans conteste, il occupe cette fonction, avec les démocrates-chrétiens. Encore faudra-t-il que les radicaux fassent preuve de plus de constance qu’au cours de la présente législature. Voir la récente révision de l’assurance invalidité, objet d’un compromis initial – durcissement des conditions d’octroi, réintégration et nouvelles ressources financières – qui n’a pas été respecté.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9519
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9519 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Victor Giordano, Porrentruy

    Suis d’accord sur le fond de votre article.

    Mais sur la forme plusieurs remarques: il est stupide de recourir à des appellations anglo-saxonnes comme « speedy-dating » qui n’ajoutent rien sinon de la confusion.

    Au lieu de « quand le gâteau cesse de grandir ou seulement modestement » il fallait écrire: « quand le gâteau cesse de grandir ou le fait seulement modestement ».

    Péjorer est un mot qui n’existe pas…

    Au lieu de  » préférant faire la preuve de son intransigeance que négocier », il faut écrire: « préférant faire la peuve de son intransigeance plutôt que négocier ».

    Le respect de la langue française, c’est aussi le respect des lecteurs…

  • Merci de nous lire attentivement! C’est vrai qu’en l’occurrence la relecture collective a laissé à désirer; le « speedy dating » n’est pour sa part pas dû à l’auteur mais à l’édition finale.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP