Mode lecture icon print Imprimer

Avantage fiscal pour les femmes au travail

Deux idées pour encourager les femmes à prendre un emploi

icone auteur icone calendrier 11 mai 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Pour inciter les femmes à travailler hors du foyer il faut pratiquer la discrimination positive. L’impôt sur le revenu des femmes devrait être plus léger que celui des hommes. C’est Andrea Ichino, de l’Université de Bologne, qui propose cette différence de taxation selon le sexe.

Pour devenir plus compétitive, l’Europe de Bruxelles, préconise dans la stratégie de Lisbonne d’encourager le travail des femmes. L’Italie est, à cet égard, le pays le plus en retard de l’Union européenne. Le professeur de Bologne suggère donc à son pays  de diminuer l’impôt pour les femmes. Avec bien sûr une taxation séparée et non par couple il y aurait donc un barème allégé pour les femmes et légèrement majoré  pour les hommes afin d’éviter une baisse des recettes fiscales. L’opération aurait un double effet incitatif. Pour les femmes, travailler serait plus profitable. De leur côté les entreprises seraient incitées à engager plus de femmes. Elles pourraient baisser leurs salaires  sachant que leur revenu disponible après impôt serait plus élevé.

Cette discrimination positive fiscale peut paraître choquante, notamment entre célibataires sans enfant… Aussi choquante, sans plus, que les différences de salaires qui subsistent entre les sexes. Mais son application en Suisse nécessiterait une profonde réforme du système fiscal. A commencer par l’introduction de la taxation séparée des couples.

L’encouragement au travail des femmes serait nettement plus facile, et mieux ciblée  par  une déduction complète des frais d’acquisition des revenus du travail.  L’arrivée d’un enfant transforme fondamentalement le budget d’un ménage. Les frais de garderie, incontournables lorsque les parents travaillent à plein temps, varient de  800 à plus de 2000 francs par mois. Aucune loi fiscale ne permet d’exonérer de pareilles sommes. L’impôt fédéral direct  ne prévoit aucune déduction. Le canton de Vaud concède 1300 francs par année, soit 108 francs par mois. On est loin du compte. On pourrait aussi considérer que le paiement d’une femme de ménage constitue un coût d’acquisition du revenu, lui aussi déductible.

Cette méthode apporterait de massives réductions fiscales donc une forte incitation à prendre un emploi. Elle aurait également un effet collatéral intéressant.  La déclaration des frais pour la garde d’un enfant, ou l’entretien du logement, permettrait de révéler au fisc un important travail qui s’exerce actuellement au noir.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9517
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9517 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    retraité, 65 ans, socialiste says:

    Votre proposition de déclaration d’impôts incitant les femmes à entrer dans le marché du travail, est logique, raisonnable et me paraît devoir être efficace…
    Le genre de proposition difficile à faire passer dans le monde politique, mais il faut essayer!

Les commentaires sont fermés.