Mode lecture icon print Imprimer

Le faux label de la gauche authentique

Elections zurichoises ou françaises, le problème des socialistes n’est pas d’être plus à gauche mais d’être inventifs et offensifs plus près des réalités

icone auteur icone calendrier 26 avril 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Si Ségolène Royal n’était pas parvenue à se maintenir au second tour de l’élection présidentielle, on aurait entendu à coup sûr, venant de ses rangs, le reproche qu’elle n’avait pas suffisamment marqué ses positions à gauche. Dans un contexte fort différent, les socialistes zurichois devraient leur récente défaite électorale à une politique trop consensuelle. C’est ce qu’aiment à croire nombre de camarades romands qui, par crainte ou par complexe, marquent à la culotte une extrême gauche d’autant plus vindicative qu’elle n’assume pas de responsabilités. Même au plan fédéral, on se souvient que Peter Bodenmann, l’ancien président du PSS, prétendait que les socialistes suisses se situaient à la gauche de la gauche européenne.

Cette course au label de la gauche authentique ne conduit qu’à une surenchère verbale et à des propositions irréfléchies, sans souci aucun de faisabilité. Un Besancenot est-il plus à gauche que Ségolène Royal lorsqu’il préconise d’interdire les licenciements? Et les communistes genevois ou lausannois sont-ils plus progressistes que les socialistes en proposant la gratuité des transports publics? L’extrémisme rime très vite avec le populisme.

Ce n’est ni en radicalisant leurs positions, ni d’ailleurs en les affadissant, que les socialistes convaincront. Le problème de la social-démocratie, c’est la difficulté qu’elle manifeste à adapter ses repères aux enjeux d’aujourd’hui. D’où son repli sur la défense des acquis, sa timidité sur des thèmes nouveaux, sa propension à suivre sans grand discernement les initiatives de groupes marginaux.
En Suisse comme ailleurs, la distinction entre la gauche et la droite reste valable, comme le rappelle Pierre Rosanvallon: libérer les perdants pour la première, favoriser les gagnants pour la seconde. Les valeurs de justice sociale et de solidarité  prônées par la gauche restent d’actualité. Encore s’agit-il de les concrétiser dans la réalité présente.

Ainsi pour convaincre, la politique sociale ne peut se limiter à l’augmentation du budget. Le citoyen-contribuable exige des résultats, des preuves de l’efficacité de sa solidarité. A cet égard, l’action d’une Monika Stocker, responsable écologiste des affaires sociales de la ville de Zurich, est exemplaire.

La justice fiscale exige que chaque contribuable paie en fonction de sa capacité financière. Mais la complexité des systèmes fiscaux offre de trop nombreuses possibilités de se soustraire à ce principe. Les déductions autorisées, on le sait, n’ont souvent de social que le nom puisqu’elles favorisent surtout le haut de l’échelle des revenus. A quand une initiative de la gauche pour simplifier et rendre plus transparent l’impôt?

Des services publics de qualité contribuent non seulement à la cohésion sociale; ils sont aussi indispensables au développement économique. A la condition qu’ils soient constamment adaptés aux besoins des usagers et non figés dans des structures archaïques, comme l’a revendiqué la gauche à propos du maintien de tous les bureaux de poste traditionnels.

La force et l’efficacité de l’Etat ne se mesurent pas à l’effectif de ses fonctionnaires et au nombre de ses services. Sur le dossier de la modernisation de l’administration, la gauche est singulièrement discrète, craignant comme la peste de reparler de nouvelle gestion publique, alternative pourtant valable au démontage systématique de l’Etat.

On pourrait continuer la liste des sujets qui appellent des solutions novatrices, plus originales que les seules économies budgétaires dont la droite s’est faite une spécialité. Bref, les thèmes ne manquent pas où la gauche socialiste pourrait se montrer tout à la fois inventive et offensive.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9499
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9499 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.