Mode lecture icon print Imprimer

Le plein emploi, vraiment?

L’offre de formation continue d’être insuffisante

icone auteur icone calendrier 17 avril 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Il y a seulement quelques mois, il suffisait d’évoquer le «plein emploi» pour être la risée de nombreux décideurs. Mais, alors que le taux de chômeurs inscrits vient à peine de passer en-dessous de 3%, le «plein emploi» est sur toutes les lèvres et toutes les manchettes. Si l’embellie est indéniable, on ne peut pas vraiment parler de situation de plein emploi. En effet, 3% est encore un taux considérable et ce chiffre ne prend en compte ni les sans-emploi non inscrits, ni ceux ayant perdu leurs droits, ni les personnes en situation de sous-emploi. En outre, les difficultés des jeunes à accéder à la formation et à l’emploi sont encore une réalité. L’OFS vient de confirmer que le nombre de nouvelles places de formation croît nettement moins vite que celui du nombre de jeunes susceptibles de les occuper et que le nombre de ceux qui sont restés sur le carreau dépasse 17’000. Pourtant, si les efforts déployés pour parrainer, coacher, encadrer ou motiver les jeunes sont conséquents, rien – ou si peu – n’est fait pour encourager les entreprises à créer des places de formation. Cela n’a rien d’étonnant, car bien des experts de la formation professionnelle continuent à marteler que, si les entreprises ne sont, toujours selon l’OFS (Recensement des entreprises 2005), que 17,8% à former, c’est parce qu’elles savent très bien ce qu’elles font.

«L’offre en place d’apprentissage reflète les besoins à plus long terme du marché du travail», peut-on ainsi lire dans une brochure de l’OFFT (La formation professionnelle en Suisse 2006 – faits et données chiffrées) disponible sur la toile.

La pénurie de main d’œuvre qui sévit dans certaines branches révèle la vacuité d’une telle formule. Cela démontre aussi le chemin que l’OFFT a encore à parcourir pour admettre non seulement qu’il y a un problème de places de formation, mais aussi que la confiance aveugle aux lois du marché ne mène qu’à une impasse. Par exemple, les manufactures horlogères, qui ont totalement négligé la formation durant les années de crise, rivalisent d’annonces pour attirer les horlogers bien formés et montent en quatrième vitesse des modules de formation en collaboration avec les pouvoirs publics, pour que des jeunes sans solution à la sortie de l’école obligatoire puissent entrer dans cette carrière,. D’autres branches, notamment dans l’industrie, commencent aussi à se plaindre du manque de main d’œuvre qualifiée. Sans que l’ampleur de leurs plaintes n’égale celle des années 1999 – 2001 (où plus de 35% des entreprises du bâtiment et 22% de celles de l’industrie disaient souffrir de la pénurie, contre 22%/12% actuellement selon le département de recherche conjoncturelle KOF de l’EPFZ) – le taux de chômage était alors inférieur à 2% – la pénurie est une menace désormais réelle.

Il est donc évident que le marché est incapable de prévoir à long terme ses besoins de formation. Et que des incitations étatiques à former restent nécessaires.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9492
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9492 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.