Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

L’armée sur Mars

L’histoire de deux petits robots martiens – Spirit et Opportunity – est exemplaire de la capacité américaine à mélanger en
permanence recherche militaire et civile; ce que les Européens, helvètes inclus, ne
savent pas vraiment faire.

Rien de plus pacifique que les deux petits robots martiens – Spirit et Opportunity – qui roulent avec obstination sur la planète rouge depuis plus de trois ans. Contrôler des engins à quelque dizaine de millions de kilomètres de distance n’est pas une tâche très facile. Impossible de le faire en temps réel, car il faut plusieurs minutes pour que les ondes radio fassent l’aller et retour entre la Terre et Mars, sans compter que les itinéraires sont établis sur la base de photos envoyés par les deux robots.

Des logiciels de navigation automatiques ont été développés afin que les deux engins puissent s’orienter eux-mêmes à partir d’une analyse informatique des images effectuée par l’ordinateur de bord. La Nasa vient d’annoncer très fièrement qu’elle a installé à distance de nouveaux programmes de navigation mis au point à Pittsburgh à l’université Carnegie Mellon qui permettent non seulement de reconnaître les obstacles mais d’effectuer des manoeuvres complexes, se sortir d’un cul-de-sac par exemple.

Ces logiciels sont issus d’un budget baptisé Field D destiné à développer des véhicules de combat automatique pour l’armée. Une version simplifiée en raison des capacités réduites des ordinateurs de bord de nos tout-terrain martiens a été proposée à la Nasa qui l’a adoptée et installée sur Spirit et Opportunity.

Cette histoire ne présente rien de bien extraordinaire si ce n’est qu’elle est exemplaire de la capacité américaine de mélanger en permanence recherche militaire et civile avec des allers et retours permanents de l’un à l’autre ce que les Européens, helvètes inclus, ne savent pas vraiment faire. Cette imbrication de l’armée, des universités et des entreprises est l’une des forces des Etats-Unis qui ne sont absolument pas le pays du tout libéral et du peu d’Etat que l’on imagine parfois ici.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9474
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9474 - Merci

Thématiques

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP