Mode lecture icon print Imprimer

Blocher et l’UDC doivent quitter le gouvernement

Le rejet de Blocher ne suffit pas. C’est son parti aussi qu’il
faut mettre à la porte du gouvernement. Un parti incapable de prendre
au sérieux les règles de la démocratie de concordance, en posture
constante d’affrontement. Oui, la place d’un tel parti est bien dans l’opposition.

icone auteur icone calendrier 10 mars 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Se refuser à réélire Christoph Blocher en décembre prochain, sans remettre en cause la participation de l’UDC au gouvernement, c’est rester au milieu du gué. C’est une fois encore laisser l’initiative à la droite nationaliste : en effet, en cas d’échec de son chef charismatique, l’UDC annonce son retrait du Conseil fédéral et une politique systématique d’opposition.

Les raisons de mettre à la retraite le tribun zurichois sont nombreuses. Quatre ans à l’exécutif ont montré à quel point ce politicien n’est pas du bois dont on fait les magistrats et surtout les membres d’une autorité collégiale : toujours prêt à jouer sa partition en solo, n’hésitant pas à interpréter, voire à ne pas respecter les décisions du Conseil fédéral, plus attentif aux intérêts de son parti qu’à sa fonction gouvernementale, peu respectueux du principe de la séparation des pouvoirs dès lors que des décisions de justice le gênent.

Mais le rejet de Blocher ne suffit pas. C’est son parti aussi qu’il faut mettre à la porte du gouvernement. Un parti incapable de prendre au sérieux les règles de la démocratie de concordance, en posture constante d’affrontement, tel un adolescent mal dans sa peau, soufflant de manière irresponsable sur la moindre braise émotionnelle, exacerbant très régulièrement les conflits plutôt que de proposer des solutions constructives. Oui, la place d’un tel parti est bien dans l’opposition. Et c’est aux autres formattons de l’y renvoyer sans tarder. Car avec un partenaire aussi peu fiable, c’est le fonctionnement des institutions qui est mis en péril. La composition du Conseil fédéral ne se déduit pas d’une simple règle de trois. La force électorale d’un parti, l’importance de sa députation ne suffisent pas à légitimer sa présence au gouvernement. Encore faut-il qu’il adhère à des principes et des règles communes. A l’époque, les socialistes n’ont obtenu cette légitimité qu’après avoir renoncé à la lutte des classes et adhéré à la défense nationale. Aujourd’hui, l’UDC a clairement perdu cette légitimité.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9446
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9446 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.