Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

L’agglomération de la Ville de Fribourg au milieu du chemin

La loi cantonale sur les agglomérations du canton de Fribourg fête cette année
ses 10 ans d’existence. Emanation d’esprits ouverts et précurseurs,
mais accouchée dans la douleur, force est de constater aujourd’hui
qu’elle n’a pas eu beaucoup d’effets dans la pratique.

La loi cantonale sur les agglomérations fête cette année ses 10 ans d’existence. Emanation d’esprits ouverts et précurseurs, mais accouchée dans la douleur, force est de constater aujourd’hui qu’elle n’a pas eu beaucoup d’effets dans la pratique. Certes, le Conseil d’Etat a défini un périmètre provisoire de l’agglomération -il est vrai, un peu «poussé» par une votation populaire – mais les travaux de l’assemblée constitutive et des diverses commissions s’enlisent.

Le périmètre et les tâches de l’agglomération
Défini par le Conseil d’Etat autour de la capitale, le périmètre de l’agglomération compte aujourd’hui douze communes. Il y a évidemment les communes dites de la « ceinture », à savoir Villars-sur-Glâne, Givisiez, Corminboeuf, Granges-Paccot et Marly, plus les communes périphériques, soit Avry, Belfaux, Matran, Guin, Tavel et Grolley.

Le Conseil d’Etat, lorsqu’il a défini le périmètre provisoire, a inclus les deux communes singinoises adjacentes à la Ville, à savoir Guin et Tavel, en fonction du caractère intrinsèquement bilingue du canton, qui devait apparaître dans l’agglomération de la ville centre, elle-même bilingue. Mais cette option n’a pas suscité l’enthousiasme desdites communes germanophones. Il est vrai que la Singine est, depuis longtemps, axée sur ses propres collaborations inter-régionales, tournées vers Berne.

Autre pierre d’achoppement: les tâches de l’agglomération qui, après de pénibles palabres, ont fixé les quatre axes névralgiques de l’activité des communes centres: l’aménagement du territoire comprenant la mobilité et la protection de l’environnement; la promotion économique; la promotion touristique et la promotion des activités culturelles. Les tâches relevant du domaine social, notamment, ont été volontairement omises ainsi que la possibilité, pour l’agglomération, de lever des impôts.

Cela dit, l’agglomération, selon la loi cantonale, peut effectuer d’autres tâches que celles initialement prévues par ses statuts, à condition qu’elles soient acceptées à la double majorité des communes et des votants. Contre l’avis des communes singinoises, qui demandaient la modification de cet article et le remplacement de la règle de double majorité par celle de l’unanimité, le bureau de l’agglomération, à une forte majorité, a refusé de proposer à l’assemblée des délégués d’appuyer cette proposition et de la transmettre au Conseil d’Etat. Cette sage décision évitera d’enliser l’agglomération et de retarder encore plus son fonctionnement.

Les alternatives à l’agglomération
Il reste que la tiédeur des communes singnoises -appuyée en partie par Marly -risque de paralyser l’essor de l’agglomération. Ce qui fait dire à certains que l’idée d’agglomération devrait être abandonnée au profit des fusions de communes. Cette idée est partagée par quelques édiles communaux et députés, et vise en premier lieu la fusion des deux mégapoles de l’agglomération, à savoir la Ville de Fribourg et sa grande voisine Villars-sur-Glâne. Cela reviendrait à créer une commune de 45’000 à 50’000 habitants, avec un potentiel de développement économique important. Mais cette fusion, si elle se faisait actuellement, sonnerait définitivement le glas de l’agglomération et serait une grave erreur politique.

Même si, à terme, une fusion de ces deux villes est à envisager, elle doit absolument se faire dans le cadre de l’agglomération. Actuellement, ces deux communes connaissent les mêmes problèmes financiers et économiques de villes centres et se trouvent dans une situation financière difficile. Les plus gros investissements d’infrastructures culturelles, économiques, routières et sportives se trouvent sur leurs territoires. Les fusionner équivaudrait à aggraver leur situation sans contrepartie et renforcerait la position de la ceinture qui serait soulagée des financements lourds et pourrait mettre à profit une attractivité économique pour l’industrie à haute valeur ajoutée et pour l’habitat de qualité.

La mise en oeuvre du processus d’agglomération permet de répartir les frais d’infrastructures dont profitent l’ensemble des communes et de réaliser ainsi des économies d’échelle importantes. D’autre part, elle offre une place de véritable partenariat aux communes autour de la capitale qui, non seulement participent financièrement et économiquement à l’essor de la Ville et du centre, mais deviennent des associées à part égale et bénéficiant directement des retombées générées par les réalisations communes. Cet avantage rejaillit du reste aussi sur l’ensemble du canton, car le renforcement du centre et l’amélioration de son attractivité est profitable à tous les districts. Enfin, l’agglomération autour de la Ville sera une étape ouvrant la porte à la création d’autres agglomérations au sein du canton et à l’essor des régions.

Cela dit, si l’agglomération se heurte au front de refus des communes germanophones, il ya lieu de démarrer ce processus sans elles. En effet, les enjeux sont de taille et ne peuvent plus attendre que les tergiversations éternelles aboutissent à des résultats, qui seront, sans aucun doute, défavorables au processus lui-même.

Stratégie future et conclusions
Au niveau fédéral, l’agglomération est encouragée et même subventionnée. Des tâches cantonales ou communales peuvent recevoir des subsides fédéraux, surtout lorsqu’elles touchent des réalisations d’intérêt régional. Au seuil de la nouvelle péréquation financière, les communes ont tout intérêt à s’associer de plus en plus étroitement pour réaliser des tâches d’envergure et de le faire dans le cadre de la structure de l’agglomération. L’essor économique du canton dépend de la force de ses villes centres et précisément celle-ci requiert une union des communes gravitant autour des centres urbains.

Dès lors, si l’on ne parvient même pas à réaliser l’agglomération autour de la Ville de Fribourg, on n’arrivera jamais, dans le canton, à réaliser une seule agglomération et ce sera dommageable pour tout le monde.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9434
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9434 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Bertrand Baumann

    Vive la fusion, vive l’agglo!

    L’initiative politique »Fusion 2011″ lancée hier suscite déjà bien des réactions négatives; je ne suis pas d’accord avec ces critiques: Il me semble que « Fusion 2011 » s’attaque à l’enlisement du projet d’agglomération, non à ce projet lui-même. La naissance de l’agglomération devrait en être accélérée. Mais si par hasard elle ne voyait pas le jour, alors la fusion n’en serait que plus nécessaire. De toute façon, les deux sont complémentaires.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP