Mode lecture icon print Imprimer

Un Conseil fédéral en mal de concordance et en proie à l’insularité

Avec L’Ile de la concorde,
publié aux Editions de l’Aire, François Cherix signe un alerte exercice
de politique-fiction, entre fable éducative et conte philosophique.

icone auteur icone calendrier 22 février 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Une séance extraordinaire du Conseil fédéral, à huis clos et sans chancelière, comme si on y était. Sept personnages gentiment typés, leurs traits, comportements et propos à peine forcés, histoire de faire encore plus vrai que nature. Dans le même souci de plausibilité, l’auteur donne force détails sur le cadre, celui d’un fantomatique Hôtel du Gothard, et sur la météo de ce haut lieu, dont les rapides changements marquent complaisamment les différentes phases du débat.

La distribution est dominée par les deux Zurichois, que par ailleurs tout sépare, y compris la forme d’intelligence. Organisateur de la réunion secrète et de son mystérieux ordre du jour, le président, sobrement et paradoxalement appelé Transports, confirme son extrême modération, tout son esprit de finesse et sa capacité de réflexion à long terme, avec un immense respect d’autrui, des institutions, du sens des mots et, par-dessus tout, de l’helvétique concordance. A l’opposé, l’autre zurichois, dit Justice et Police, matois et peu soucieux des formes, étale son populisme pour mieux dissimuler qu’il est à la fois très au clair sur ses propres objectifs et virtuose du calcul stratégique, capable d’évaluer les effets probables de ses mots et gestes qu’il planifie exactement, contrairement aux apparences.

Or donc, après une longue analyse, aussi lucide qu’imparable, Transports avance une proposition stupéfiante: faire de la Suisse un modèle non plus seulement de démocratie directe, mais aussi de «géolibéralisme». A l’ère de la mondialisation et de la privatisation tous azimuts, il n’y a plus de raison que les territoires – nationaux, régionaux ou locaux – continuent d’échapper au marché, voire au libre-échange. On peut désormais envisager de troquer par exemple un îlot volontaire au sein de l’Europe contre une Grande Antille.

Idée hautement fantaisiste mais pas seulement. Les seuls à bien la comprendre sont les deux Zurichois, celui qui la propose après y avoir mûrement réfléchi, et l’autre qui en mesure aussitôt les effets multiples et tout le profit à en tirer pour l’avancement de sa propre cause, confondue avec celle de son parti, donc du peuple suisse.

La morale de la fable, c’est que pour réveiller et sauver la Suisse, il faut la déménager et la mettre en situation de retrouver sa lucidité pragmatique et son immense capacité d’effort, collectif et individuel. Il est grand temps que le système suisse, dont nous sommes si fiers, cesse de passer pour une finalité en soi, alors même qu’il est simplement une – bonne – méthode. Ne pas confondre destination et chemin, voilà le début de la sagesse.

Une sagesse dont la Confédération, «guidée» par des volontés populaires successivement exprimées au gré des élections et votations, ne s’avère plus capable. D’où un manque de discernement particulièrement visible dans les rapports à l’Europe. Définitivement insularisée au su de son propre gré, la Suisse ne comprend pas le message que Bruxelles lui envoie depuis un certain temps: faites ce que vous voulez sur votre île, pourvu que vous vous aligniez, par la règle et dans la réalité, – ce qui revient au même dans un état de droit sérieux comme la Suisse.
Pour échapper aux contraintes européennes, les deux Zurichois sont tentés par la même solution: quitter le continent comme on quitte un logement pour cause de voisins insupportables, un emploi pour échapper à des collègues mobbeurs, une compétition pour rompre avec des rivaux sans fair-play. Geste salvateur ou manifestation infantile?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9428
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9428 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.