Mode lecture icon print Imprimer

Finances publiques : Les radicaux bradent l’impôt fédéral direct

La suppression de l’IFD, revendiquée par les radicaux suisses, est invendable en raison du transfert de la charge fiscale – les gains substantiels réalisés par les plus riches étant financés par tous les autres contribuables, y compris les plus pauvres. De plus l’impôt frappe aussi les personnes morales. Dans les cantons qui pratiquent à fond la concurrence fiscale, l’IFD maintient une imposition minimale de base.

icone auteur icone calendrier 26 janvier 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Le climat politique genevois n’est pas très sain. En organisant à Genève l’assemblée des délégués chargée d’approuver le programme électoral du parti, les radicaux prenaient un risque: celui de la contagion. Et ça n’a pas manqué. Ils se sont enrhumés du cerveau. Ils proposent, eux qui par Hans-Rudolf Merz ont la responsabilité de gérer les finances fédérales, de supprimer l’impôt fédéral direct (IFD). Politiquement la proposition est invendable en raison du transfert de la charge fiscale – les gains substantiels réalisés par les plus riches étant financés par tous les autres contribuables, y compris les plus pauvres. L’idée n’ira donc pas plus loin que son effet d’annonce médiatique.

Mais il est un point que n’ont pas relevé les commentateurs. L’IFD frappe aussi les personnes morales.

Dans les cantons qui pratiquent à fond la concurrence fiscale, l’IFD maintient une imposition minimale de base. Supprimer l’IFD rendrait la position suisse encore plus indéfendable à Bruxelles. Le radical Hans-Rudolf Merz pourrait organiser une nouvelle tournée de ses alliés européens pour leur expliquer la pensée politique du parti radical suisse. Ajoutons que, contrairement à ce qu’on pourrait croire, les cantons qui pratiquent la sous-enchère fiscale tiennent à l’IFD qui leur assure un gain constitutionnellement garanti, puisque le 15% de cet impôt leur est ristourné.

Ce qui inquiète dans ce manque de tenue gouvernementale des radicaux suisses, c’est la difficulté de réussir un programme minimum pour la prochaine législature. Il est vrai que la Suisse dispose d’une marge d’augmentation de la TVA. Mais elle doit être utilisée prioritairement pour assurer le financement de notre sécurité sociale (AI, AVS, LAMal). Une telle décision est la clé de voûte d’un accord gouvernemental. Le PDC et le PS pourraient s’y rallier. Les radicaux ne se révèlent pas prêts à entrer en matière.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9397
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9397 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.